Colostrum artificiel, alimentation et immunité du poulain

Publié le par Alpha et Omega

Dans les 24-48 premières heures de la vie, si la mère se révèle incapable de le faire, il faut donner au poulain du colostrum. Ce n’est pas un aliment uniquement puisque son rôle est aussi de donner au poulain les immunoglobulines lui permettant d’avoir des défenses immunitaires efficaces le temps qu’il soit capable de fabriquer les siennes. Les protéines ne sont alors pas digérées mais passent la barrière intestinale.

Dans l’urgence, il faut chercher à tout prix à traire la jument, y compris en cas de décès car la quantité récoltée, même si elle est faible, représente une chance pour le poulain. Mais dans tous les cas, le recours à un produit de remplacement du colostrum se révèle nécessaire.

Il faut faire particulièrement attention lorsqu’on achète un produit « colostrum » car leurs compositions, leurs spécificités et leurs utilisations peuvent être extrêmement variables sachant que la forme de présentation n’est pas un critère fiable de la nature réelle du produit.

  1. Il est possible de trouver parfois du colostrum de jument, congelé voire lyophilisé. Dans ce cas, vous avez le produit natif. Il contient les immunogolobulines correspondant à l’environnement de la jument productrice. Évidemment, il peut être différent de l’environnement de votre poulain. Mais c’est le produit le plus proche d’un apport maternel de colostrum.
     
  2. Certains produits sont des mélanges d’immunoglobulines souvent d’origine bovine. Ils se présentent alors le plus souvent sous forme concentrée à distribuer par seringue mais pas toujours. Ils sont une fonction uniquement de protection du poulain contre les infections. Ils peuvent être utilisés en cas de perte de colostrum par la jument avant la mise bas ou bien si pour une raison ou pour une autre, vous avez des doutes sur la qualité du colostrum.
     
  3. D’autres produits sont des probiotiques. Ils ont pour vocation de commencer à développer une flore lactique chez le poulain. Dans ce cas, ils apportent des ferments lactiques et peuvent donc prévenir des problèmes digestifs et des diarrhées.
     
  4. Avec la même vocation, certains produits ne sont pas des probiotiques mais contiennent des prébiotiques. Autrement dit, ils n’apportent pas des ferments lactiques mais des substances qui permettent aux bactéries présentes de se développer dans les meilleures conditions.
     
  5. Vous pouvez trouver aussi des produits « booster » qui sont en fait des mélanges de minéraux, de vitamines et qui apportent de l’énergie au poulain nouveau – né. Cet apport nutritionnel permet au poulain de mieux reprendre après la naissance.

Forcément, les produits proposés cumulent une ou plusieurs de ces fonctions mais pas toujours les mêmes. Il est donc très important de se renseigner pour savoir si le produit envisagé correspond à l ‘utilisation que vous en avez ou pas.

Comme le colostrum est à utiliser pendant les premières 24 heures et que vous ne pouvez pas prévoir la date de la mise-bas, cela veut dire qu’il est souhaitable, lorsque vous attendez une naissance, d’avoir sous la main un ou plusieurs produits qui vous permettront de faire face en cas de coup dur.

Certains éleveurs font systématiquement un apport de précaution.

A noter qu’une marque a un abord particulier de ce type de problème : elle propose un lait de remplacement pour poulain (donc qui assure le côté alimentaire sur toute la période d’allaitement) et d’autre part, un sachet d’immunoglobulines sous forme déshydratée qui est ajouté dans le lait pour le « colostrumiser » lors des 48 premières heures assurant ainsi le côté protection.

Catherine Kaeffer

Poulain. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Poulain. Techniques d'élevage. Tous droits réservés