Utilisation d’un aliment industriel : cas du cheval ou du poney à faibles besoins

Publié le par Catherine Kaeffer. Alpha & Oméga

Vous avez un cheval ou un poney que vous nourrissez avec un foin (ou de l’herbe) et des granulés (ou des floconnés) industriels.

Vous dormez sur vos deux oreilles parce que le type qui a formulé l’aliment a tout prévu… d’ailleurs c’est ce qu’on vous dit en grosses lettres et sur tous les tons sur le sac… alors cela doit être vrai.

Mais comme vous êtes un être autonome, doué d’un cerveau, libre et indépendant, vous avez aussi votre propre idée sur la question. Et puis votre cheval n’est pas n’importe quel cheval, c’est le vôtre qui est évidemment unique et singulier.

Alors vous n’allez tout de même pas faire bien sagement tout ce qu’on vous dit et vous allez interpréter les conseils qui sont marqués sur le sac à votre manière. D’ailleurs, les trois quarts du temps, vous ne les avez même pas lus, parce qu’on n’a quand même pas que ça à faire de notre sainte journée ! Non mais, qu’est-ce qu’ils croient ?…

Et puis tout le monde sait bien que les fabricants ont intérêt à vendre le plus d’aliment possible et que donc ils forcent la dose, que l’alimentation d’aujourd’hui est beaucoup trop riche, plus naturelle du tout et que cela rend les chevaux fragiles…

En plus, votre cheval, lui, il prend 10 kg rien qu’à regarder un caillou, l’herbe est bien verte…

Et bien prenons ce cas justement du cheval qui est trop gras ou du cheval qui ne se déplace plus du tout parce qu’il a un problème de pied, de celui qui ne peut pas passer devant un sac de granulés sans tout de suite se transformer en bibendum… ou de celui qui n’a rien de tout cela mais à qui vous souhaitez donner le moins de granulés possibles parce que ce n’est pas bon pour lui.

Disons que votre cheval fait 500 kg, qu’il est à l’entretien et qu’il mange donc votre foin et ce fameux granulé.

A titre d’exemple, j’ai pris un granulé très fréquemment utilisé.

Le fabricant préconise un cheval à l’entretien d’apporter 2 à 4 kg de granulés et 3 à 6 kg de foin.

Les besoins du cheval sont de :

UFC

MADC
(g)

Ca
(g)

P
(g)

Mg
(g)

Cu
(mg)

Zn
(mg)

Fe
(mg)

4,1

267

20

14

8

85

425

425

Pour ceux pour qui UFC, MADC sont des symboles aussi lisibles que des hiéroglyphes de la tombe de Toutankhamon, je dirais que pour faire simple UFC c’est de l’énergie comme les fameuses calories et que MADC ce sont des protéines. Pour les autres sigles, ce sont les classiques signes chimiques de la non moins classique classification périodique des éléments de Mendeleïev : Ca = calcium, P = phosphore, Mg = magnésium, Cu = cuivre, Zn = zinc et Fe = fer.

Revenons à nos chevaux.

Si on prend l’option haute pour les granulés soit 4 kg de granulés (soit tout de même 8 litres… non, ne grimpez pas au plafond !) + 3 kg de foin, on obtient les apports suivants :

UFC

MADC
(g)

Ca
(g)

P
(g)

Mg
(g)

Cu
(mg)

Zn
(mg)

Fe
(mg)

5,2

431

54

27

21,1

212,0

675,0

1140

Soit en % des besoins

UFC

MADC
(g)

Ca
(g)

P
(g)

Mg
(g)

Cu
(mg)

Zn
(mg)

Fe
(mg)

125

161

267

191

263

249

158

268

On est au-dessus de 100 partout. Pas de problème, on couvre.

Si on prend la version beaucoup plus riche en fourrage mais toujours dans la norme du fabriquant : 2 kg de granulés (soit 4 litres) et 6 kg de foin, on obtient (première ligne en valeur et seconde en % des besoins) :

UFC

MADC
(g)

Ca
(g)

P
(g)

Mg
(g)

Cu
(mg)

Zn
(mg)

Fe
(mg)

4,6

382

47

24

18,2

124,0

450,0

1020

112

143

235

167

227

145

105

240

On couvre donc toujours.

Supposons maintenant que pour une des raisons citées plus haut, vous donniez moins que la quantité minimale prévue… disons pour prendre quelque chose qu’on rencontre souvent 2 litres soit 1 kg. Cela nous donne :

UFC

MADC
(g)

Ca
(g)

P
(g)

Mg
(g)

Cu
(mg)

Zn
(mg)

Fe
(mg)

3,7

302

37

19

14,2

74,0

300,0

810

89

113

185

132

177

87

70

190,6

Vous avez baissé en énergie (UFC = 89 % des besoins) mais c’est votre but. Vous couvrez toujours en protéines (MADC = 113 % des besoins) parce que sur ce point c’est souvent assez large pour un cheval à l’entretien. Au niveau des minéraux majeurs tout se passe bien. Mais en oligo-éléments, vous ne couvrez plus…

Or le zinc, le cuivre, ce n’est pas parce que c’est petit, que ce n’est pas costaud ! Ce sont des éléments indispensables pour les os, le sang, la corne… Et en plus, vous ne le verrez pas facilement et vous attribuerez les problèmes qui surgiront 3 à 6 mois plus tard à des tas d’autres choses comme la saison, le vieillissement du cheval ou que sais-je…

Attention, ne montez pas sur vos grands chevaux ! Je ne dis pas qu’il n’est pas possible d’alimenter un cheval à l’entretien avec peu de granulés (voire sans granulés du tout). Je dis simplement que si vous ne suivez pas les recommandations du fabriquant sur les quantités à distribuer, il vous faudra souvent rajouter quelques minéraux pour éviter de vous retrouver en carence.

Tout simplement parce que le type qui a formulé l’a fait de façon à ce que si vous donnez la quantité prévue, vous ayez tout ce qu’il faut et donc il a fait ses calculs en conséquence pour incorporer ses minéraux à son granulé… mais évidemment, si vous donnez moins…

Tout simplement parce que le fabricant suit ses propres recommandations…

Il est bête, non ?…

Bonne journée.

Catherine Kaeffer

Résumé des connaissances actuelles sur les minéraux publié par Techniques d'élevage. (voir la rubrique publications).Tous droits réservés

Résumé des connaissances actuelles sur les minéraux publié par Techniques d'élevage. (voir la rubrique publications).Tous droits réservés