Choisir votre animal, passez du rêve à la réalité

Publié le par Anne Cat et François

 

Devenir propriétaire d'un animal, c'est passer du rêve à la réalité. Un passage qui peut poser problème.

 

Entre les affiches de propagandes et les photos touchantes, le monde animal joue sur la corde sensible de nos émotions.

 

On n'achète pas un animal, on l'adopte pour le sauver, pour l'aider, pour faire une bonne action. Et si, par hasard, on se tourne vers un achat, ce sera un animal imprévu, mignon et le plus souvent jeune.

 

Le prix ridicule d'achat est économisé, mis de côté et dépensé en un instant. On y joint parfois le prix du transport ou les quelques soins nécessaires avant son arrivée.

 

Le plus souvent, le futur propriétaire n'a même jamais rencontré son animal et le découvre à son arrivée... quand il arrive. Les arnaques sont en effet fréquentes dans ce commerce lucratif.

 

S'en suit inévitablement de nombreuses déceptions tant chez les propriétaires que chez les animaux, avec des abandons et des drames.

 

Là encore certains pensent que faire appel aux sentiments sera l'argument de poids. Les affiches pleuvent, les reproches, les barrières à l'adoption...

 

D'autres pensent que seul le coût entre en jeu et vont vendre l'animal de plus en plus cher.

 

Le temps a passé, les conclusions sont là... chaque année, de plus en plus d'abandons, de plus en plus de déceptions... pourquoi ?

 

La réponse est dans ces sentiments que certains s'efforcent d'exalter en chacun de nous. Des sentiments parfois nobles mais qui ne sauraient remplacer la réalité.

 

Portés par des émotions déconnectées du réel, les rêves des futurs acheteurs sont peuplés de lacunes et d'incohérences. Et quand arrive le moment du retour à la réalité, le cauchemar n'est pas loin.

 

Certains rêvent de concours d'équitation au niveau olympique et achètent un jeune cheval.

 

D'autres rêvent d'un chat calin et achètent un chaton bagarreur.

 

 

D'autres encore vous parleront d'un âne comme tondeuse à gazon et prendront un rescapé fourbu.

 

 

C'est ainsi qu'on obtient des propriétaires déçus de devoir faire du pas avec leur cheval pendant des heures, du dressage auprès de leur chaton qui fait pipi partout ou des soins coûteux à leur âne.

 

Tous regretteront amèrement leur choix, feront contre mauvaise fortune, bon cœur ou abdiqueront et abandonneront leur animal... et ceci quelles que soient les pressions sentimentales que la société pourra exercer.

 

La seule chose qui aurait permis à ces propriétaires de trouver chaussure à leur pied, aurait été une recherche approfondie et égoïste de l'animal qui leur convient.

 

Car, en tout temps, après la signature, le propriétaire devra être présent et responsable. Il faut donc absolument que loin des bons sentiments et des décisions hâtives, l'animal convienne à son propriétaire (ou à ses propriétaires dans le cadre d'une famille).

 

Choisir un animal, c'est trouver un compagnon ou un partenaire pour former un binôme cohérent et constructif.

 

Le propriétaire aime le calme, les relations décontractées, les moments de repos... l'animal devra être calme, cool et détendu.

 

Il est donc très important pour que tout se passe au mieux que le propriétaire ait des connaissances sur l'animal qui partagera son quotidien. Mais aussi des connaissances sur sa propre personnalité pour savoir quel animal pourra lui convenir.

 

Conseillez donc aux futurs propriétaires une démarche de recherche constructive :

 

  • Pourquoi est-ce que je souhaite avoir un animal ?
    Pression sociale, besoin de compagnie, compagnon de jeux, envie de faire des concours...

     

  • Quelles conditions sont nécessaires pour que mon futur animal réponde à ce souhait ?
    Age minimum requis, condition et aptitudes physiques, niveau de dressage...

     

  • Que puis-je lui offrir ?

    Moyens financiers, pratiques, temps disponible, conditions de vie...

     

  • Qu'est-ce que je ne supporterais pas ?
    Agressivité, malpropreté, bousculade, animal lymphatique...

     

  • Sur quel(s) point(s) puis-je faire des concessions ?
    Niveau de dressage, niveau de maturité, santé, âge...

     

  • Quelle espèce correspond à ces critères à priori ?

     

  • Ai-je déjà rencontré cette espèce ? Est-ce que je sais en quoi consiste le quotidien avec elle ?

     

  • Quelle(s) race(s) pourraient convenir à priori et les ai-je déjà rencontré et manipulé ?

     

  • L'adéquation a-t-elle été satisfaisante avec une majorité des individus de la race ?

     

  • Quels sont les lieux où vous pouvez trouver cette race et la manipuler avant achat pour connaître le caractère et évaluer les aptitudes physiques ?
    N'oubliez pas l'aspect vétérinaire et comportemental. Ce futur compagnon doit correspondre à vos critères de recherche en tout point.

     

Bonne recherche et à bientôt,

Anne KAEFFER

Souris domestique. Image soumise à droits d'auteurs. Techniques d'élevage 2013.

Souris domestique. Image soumise à droits d'auteurs. Techniques d'élevage 2013.

Publié dans Sujets qui fâchent