Le chat et la taurine : une carence méconnue (partie 2)

Publié le par Anne Cat et François

 

Pour ceux qui n'ont pas lu la première partie, c'est ici !

 

Tous les facteurs gênant la digestion entraînent une hausse de la perte fécale en taurine que ce soit :

 

  • la présence d'antitrypsine dans la ration (substances contenues dans les céréales, les graines de légumineuses, de tourteaux de soja et de tournesol décortiqué), à noter que ces substances ne supportent pas la stérilisation à 120°C,

     

  • l'excès de protéines végétales par rapport aux protéines animales,

     

  • réaction de Maillard : cette réaction produit des molécules aromatiques qui donnent aux aliments grillés et frits leur saveur. Ces molécules peuvent aussi se retrouver dans les aliments industriels dans certains cas. Il faut savoir que les produits formés sont pour certains des cancérigènes et pour d'autres, ils entretiennent des micro-inflammations pouvant provoquer, à long terme, des troubles cardiovasculaires et des pathologies rénales.

 

Petit aparté, si on regarde tout ce qu'on risque à manger quel que soit l'aliment, on finit par ne plus rien manger du tout ! J'ai, comme qui dirait, l'impression que votre chat ne va pas forcément apprécier que vous lui enleviez la gamelle de sous le museau pour raison de santé...

 

La Réaction de Maillard également appelée brunissement non enzymatique se décompose en 3 étapes sous l'effet d'une forte chaleur :

 

  1. Condensation d’un sucre réducteur avec un AA libre (lysine ++) ou protéique.

  2. Formation des produits avancés de Maillard (carboxyméthyllysine, composés furaniques).

  3. Polymérisation en mélanoïdines ou scission en produits volatils et odorants.

 

Les produits de la réaction de Maillard augmentent l'activité de la flore intestinale et se lient aux acides biliaires donc on a une surproduction d'acides biliaires et une déconjuguaison accélérée de ces mêmes acides. La conclusion est une destruction avec une perte fécale supérieure en taurine.

 

  • et bien d'autres encore...

 

Les besoins en taurine sont connus : 400 mg de taurine /kg dans l'alimentation des chatons en croissance et des adultes en considérant que les besoins rapportés en fonction du produit sont de 0,12 % de matière sèche pour un aliment sec et de 0,25 % pour un aliment humide. Ce qui peut sembler paradoxal quand on sait que les aliments secs sont plus riches en protéines d'origine végétale donc moins concentrés en taurine.

 

Mais, les chats sont exposés moins facilement à la carence en taurine avec les aliments secs car un certain blocage à l'occasion de la mise en conserve (appertisation) des aliments humides entraîne une hausse des pertes fécales et urinaires en taurine.

 

Et maintenant, la carence (qui dure de puis plus de 6 mois) :

 

  • dégénérescence de la rétine par détérioration progressive des photorécepteurs produisant à la fois des changements électriques et morphologique : cécité irréversible.

     

  • incriminée dans la maladie du cœur dilaté : pathologie obstructive du muscle cardiaque lequel produit une contractibilité réduite et conduit à la longue, à une défaillance cardiaque,

     

  • affecterait le bulbe olfactif (le sens de l'odorat) et la fonction biliaire.

 

La prévention est simple : le chat doit consommer des aliments d'origine animale. Mais attention, le lait de vache que vous donnez à votre chat ou chaton est dix fois plus pauvre en taurine que le lait de chatte ou de chienne. Il ne peut donc être considéré comme un aliment préventif de cette carence.

 

Le cas de l'excès de taurine chez le chat n'est absolument pas présenté, seule la carence est connue.

 

Les questions pour savoir si votre chat n'a pas une éventuelle carence en taurine sont :

 

  • Quel aliment je prends (préparation maison, industrielle : sec/humide, taux en protéines animales et végétales, le rapport) ?

  • Méthode de chauffage et de stérilisation de votre produit ?

  • En quelle quantité mon chat le mange ?

  • Troubles digestifs ?

  • Présence d'antitrypsine ?

 

Bonne journée

 

François Kaeffer

 

Autres articles : 

Mixed feeding ou les mélanges dans l'alimentation du chat

Comment choisir une viande pour son chat

Maladie d'origine inconnue, les croquettes mises en cause ? 

Chat gris. Techniques d'élevage. Image soumise à droits d'auteur

Chat gris. Techniques d'élevage. Image soumise à droits d'auteur

Publié dans Alimentation