Les symptômes d'un problème ovarien chez la jument

Publié le par Anne Cat et François

 

Les ovaires sont sujets à de nombreuses atteintes qui vont influencer la jument dans sa vie quotidienne ou plus périodiquement. Chaque atteinte présente ses particularités et va donc influencer de façon différente.

 

Un ovaire de jument peut être influencé par :

 

  • une tumeur,
     

  • un abcès,
     

  • un hématome,
     

  • un kyste,
     

  • la gestation,
     

  • de gros follicules,
     

  • un corps jaune persistent,
     

  • un follicule anovulatoire.

 

Chaque cas va donner des changements :

 

  • Hormonaux, le problème induit un changement hormonal en réduisant ou en augmentant la concentration ou la durée de production d'une hormone. Les conséquences consistent en un cycle perturbé et/ou un comportement perturbé. Les comportements de nymphomanie, d'étalon, d'agressivité et de nervosité sont les plus souvent décrits.
     

et/ou

 

  • Pondéraux, le problème induit une augmentation ou une perte de volume et de poids de l'ovaire. Seul le gain pose soucis. En effet, l'ovaire ne « flotte » pas dans le corps de la jument, il est retenu par un ligament. Ce ligament résiste à un certain poids, une certaine traction. Quand le poids augmente, il se déchire un peu ou s'étire... et ça fait mal. Les symptômes seront donc une douleur quand le poids ovarien augmente et d'autant plus quand on secoue celui-ci (défenses au travail).

 

Les problèmes ovariens chez la jument peuvent influencer son comportement,

 

Noms

Explications

Atteinte unilatérale ou bilatérale

(1 ou 2 ovaires)

Influence hormonale

Influence
sur le poids ou le volume de l'ovaire

Tumeur de la granulosa

Tumeur impliquant des cellules de la granulosa

Unilatérale

Oui

A un stade avancé

Cytadenoma

Tumeur impliquant l'épithélium de l'ovaire

Unilatérale

Parfois bilatérale

Non

A un stade avancé

Teratoma

Tumeur bénigne des cellules germinales

Unilatérale

Non

A un stade avancé

Dysgerminoma

Tumeur maligne des cellules germinales

Unilatérale

Bilatérale si métastases

Non

A un stade avancé

Abcès

Infection de l'ovaire

Unilatérale

Si atteinte des cellules productrices

Oui

Hématome

Saignement excessif au moment de l'ovulation

Unilatérale

Parfois bilatérale

Non

Oui

Kyste

Accumulation de liquide dans l'ovaire

Bilatérale

Non

Parfois

Gestation

Production d'hormones à partir du 40ème jours, pic de testostérone au 200ème jour

Bilatérale

Oui

Non

Gros follicules

Jument présentant des follicules qui grossissent énormément

Bilatérale

Non

Oui, de façon cyclique

Corps jaune persistent

Corps jaune ne se résorbant pas en absence de gestation

Unilatérale

Oui

Non

Follicule anovulatoire

Follicule ne pouvant pas donner d'ovulation

Unilatérale

Oui

Non

 

Ce qui nous donne les symptômes suivants selon les atteintes ovariennes :

 

Case noire : symptôme présent - Case blanche : symptôme absent -Case grise : symptôme parfois présent

 

Nom

Colique / douleur

Cycle perturbé

Chaleur douloureuse

Comportement

Défense sous la selle

d'étalon

agressif

nerveux

Tumeur de la granulosa

 

 

 

 

 

 

 

Cytadenoma

 

 

 

 

 

 

 

Teratoma

 

 

 

 

 

 

 

Dysgerminoma

 

 

 

 

 

 

 

Abcès

 

 

 

 

 

 

 

Hématome

 

 

 

 

 

 

 

Kyste

 

 

 

 

 

 

 

Gestation

 

 

 

 

 

 

 

Gros follicules

 

 

 

 

 

 

 

Corps jaune persistent

 

 

 

 

 

 

 

Follicule anovulatoire

 

 

 

 

 

 

 

 

Que tirer de ce tableau ?

 

Les atteintes ovariennes ne sont pas toujours accompagnées de cycles perturbés, certaines sont asymptomatiques. Ce qui explique souvent leur découverte en visite de routine.

 

L'affection ovarienne la plus fréquente, l'hématome, peut très facilement passer pour une colique digestive. Il est donc important d'y penser si une jument présente des coliques.

 

La cause la plus fréquente de consultation, les chaleurs douloureuses, ne peut s'expliquer que dans le cas de follicules trop gros. Ce cas est cependant rare.

 

Néanmoins, les hématomes ovariens peuvent donner une certaines cyclicité aux symptômes avec des laps de temps plus longs. La douleur diminuant avec la résorption de l'hématome qui se recrée à l'ovulation suivante.

 

On doit donc réellement se poser la question de la période des symptômes quand on suspecte une pathologie ovarienne. A défaut, on pourrait écarter d'autres pistes intéressantes.

 

Anne KAEFFER

Jument au travail. Image soumise à droits d'auteurs. Technique d'élevage 2014

Jument au travail. Image soumise à droits d'auteurs. Technique d'élevage 2014