L'utilité du drainage du cheval après le vermifuge

Publié le par Anne Cat et François

 

Utiliser des produits de drainage après le vermifuge : comment s'y prendre ? Quand le donner ? Que peut-on espérer comme effet ?

 

Pour certains c'est une évidence, pour d'autres une aberration... quand on va au-delà des arguments commerciaux, les ingrédients des produits de drainage peuvent se classer en trois catégories :

 

  • les toniques ou stimulants du foie,

  • les diurétiques (qui augmentent le volume des urines et donnent soif),

  • les compléments minéraux et vitaminiques.

 

Les toniques ou stimulants du foie sont des molécules qui vont participer à la digestion, notamment des graisses, dans le tube digestif. Ces « digestions » enzymatiques vont alléger le travail du foie qui va alors pouvoir se reposer et se régénérer ou gérer l'élimination de d'autres molécules. C'est cette dernière propriété que l'on souhaite valoriser dans un « drainage ». On optimise donc le rendement en cas de foie faible.

 

Les diurétiques vont augmenter la perte en minéraux et en eau dans l'urine. Ils vont donc donner soif au cheval ou au poney, qui va boire pour compenser. Ce qui fait que dans le cas d'une urine trop chargée, suite à l'élimination de molécules, on pourra éviter une concentration trop importante. On diminuera ainsi le risque de calculs sans augmenter la quantité de molécules excrétées. Il est nécessaire que le cheval ait un accès illimité à de l'eau propre.

 

Les compléments minéraux et vitaminiques n'ont aucun intérêt dans un drainage. Néanmoins, les chevaux étant souvent carencés, leur ajout permet de donner un beau poil... résultat visible pour le propriétaire qui a alors le sentiment que cela a fait du bien au cheval. Certains produits amènent aussi de l'énergie pour que le cheval plus vif donne un sentiment de « bonne santé ». Mais si vous avez une ration bien équilibrée, il vaut mieux éviter ces ajouts hasardeux qui n'arrangent rien.

 

Un drainage est efficace sur deux points bien précis :

 

  • il aide le foie à gérer un afflux anormal (ou trop important pour lui) de molécules,

  • il diminue la concentration en molécules des urines.

 

Dans les deux cas, le drainage n'est utile qu'au moment de la surcharge. Il n'a aucun effet sur les molécules stockées dans l'organisme ou sur le long terme. C'est pourquoi, il faut déterminer quand il y aura surcharge, pour en déduire quand il faudra drainer.

 

Ce moment est variable selon la molécule utilisée pour le vermifuge.

 

Ivermectine / Moxidectine

 

Ces molécules passent dans le sang avec un maximum de concentration atteint au bout de 24 heures pour l'ivermectine et de 8 heures pour la moxidectine. Ces deux molécules sont lipophiles, elles vont donc se loger dans les graisses de votre animal. Fuyant l'eau, elles ne seront quasiment pas excrétées par les urines ou la sueur. Par contre, le lait sera rapidement contaminé à cause de son taux élevé en graisses et pourra constituer une bonne voie d'excrétion.

 

Le foie métabolise l'ivermectine et la moxidectine lentement. Il lui faudra 28 jours pour rendre « inoffensif » la moitié de la moxidectine avalée. On ne détecte plus l'ivermectine au bout de 34 jours, elle est donc presque totalement éliminée à ce stade.

 

Vu la faible quantité qui passe dans les urines (2 % maximum), les diurétiques sont inutiles après un vermifuge à base de moxidectine ou d'ivermectine. La faible dégradation par le foie, étalée dans le temps, rend le drainage hépatique peu intéressant. Néanmoins, les graisses étant le lieu de stockage de ces molécules, il faudra se méfier des chevaux au régime, qui consomment leur graisse, ou qui ont une faible masse graisseuse. Chez ces chevaux, les molécules seront libérées plus vite ou plus concentrées et le foie pourrait alors avoir besoin d'un « coup de pouce ».

 

Praziquantel

 

Le praziquantel est une molécule qui va très vite. A concentration maximale au bout d'une heure, elle est métabolisé par le foie et la moitié est « consommée » en 5 heures. Cette moitié se divise ensuite en une excrétion à travers la bile et une excrétion via les urines. Le praziquantel va donc très rapidement surcharger le foie et l'urine si les doses sont suffisantes.

 

Le drainage hépatique et via des diurétiques peut être nécessaire dans le cas d'un vermifuge au praziquantel pour éviter toute surcharge passagère. Mais au vu des délais, il ne pourra être efficace que s'il est donné juste après le vermifuge (dans l'heure qui suit).

 

Fenbendazole

 

C'est le foie qui va prendre en charge cette molécule à 90 %. La concentration maximale est obtenue au bout de 10 heures et même en cas de traitement prolongé (sur 5 jours par exemple), il ne reste plus de fenbendazole détectable au bout de 96 heures après la dernière prise.

 

Avec cette molécule, on allie une élimination plutôt rapide et un délai plus long que dans le cas du praziquantel. Le drainage hépatique peut donc être utile s'il est donné dans les 10 heures après la prise. Les diurétiques sont inutiles.

 

Mebendazole

 

Faiblement absorbée, cette molécule n'est que peu métabolisée par le foie et l'excrétion urinaire est minime. Tout drainage serait donc inutile.

 

Anne

Cheval au box. Image soumise à droits d'auteurs. Techniques d'élevage 2014

Cheval au box. Image soumise à droits d'auteurs. Techniques d'élevage 2014

Publié dans Vermifuge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :