Utiliser des aliments prévus pour des bovins en alimentation équine : Bonne ou mauvaise idée ?

Publié le par Anne Cat et François

 

Pourquoi ne pourrions-nous pas utiliser les aliments bovins pour la nutrition équine ? C'est vrai que c'est généralement moins cher et qu'il y a tous les minéraux alors la question peut se poser.

 

Je passe sur le problème du calcul de ration, puisque les besoins d'un bovin ne sont pas ceux d'un cheval, et passons à l'utilisation du monensin dans certains aliments pour bovin.

 

Je vais vous faire vivre la même chose que de retirer une file d'attente au cinéma lorsque vous avez envie de voir le film... donc ne trépignez plus d'impatience, voici la conclusion : le monensin est un toxique assez puissant pour les cellules intestinales (entre autres) du cheval.

 

Le voile est levé... ou presque.

 

Cette molécule est un antibiotique utilisé pour prévenir la coccidiose, augmenter la production d'acide propanoïque et pour prévenir le retournement de l'estomac.

 

Plus précisément, c'est une molécule complexant les cations monovalents : sodium, potassium, lithium, argent, titane et rubidium. Elle va transporter à travers les membranes cellulaires :

 

  • Le sodium dans un échange ionique électriquement neutre (sans dépolarisation) comme le transporteur Na+/K+ ou production d'une dépolarisation.

     

  • Les cations métalliques et donc induire une toxicité par accumulation de métaux lourds.

 

Elle bloque aussi l'ensemble des protéines de transport intracellulaire. Dans un sens, c'est comme si toutes les voies de communication des bactéries étaient coupées et donc la bactérie ne peut plus réagir aux agressions. C'est la mort assurée.

 

Les cellules des mammifères sont aussi touchées à moindre degré mais suffisamment pour induire une toxicité. Mais la différence, c'est que les parois du rumen sont constituées de cellules kératinisées c'est-à-dire mortes donc il lui faut traverser ces couches avant d'arriver aux tissus vivants.

 

Le cheval, lui, m'a pas de rumen et le produit arrive rapidement à l'intestin. Un intestin c'est une organe fait pour absorber les nutriments donc une muqueuse, des cellules vivantes directement en contact avec le produit d'où une toxicité 100 fois plus forte chez le cheval que chez les bovins. Les cellules de l'intestin vont rapidement mourir et induire une diarrhée et une colique.

 

Les conséquences sur le cheval peuvent donc être dramatiques.

 

Mais si je choisis un aliment sans monensin (ou un de ses parents), me direz-vous ? Certes, mais vous avez toujours le risque d'une erreur d'étiquetage, d'une contamination d'un lot à l'autre. En ce cas, votre cheval peut y laisser sa peau et le fabricant aura beau jeu d'argumenter que certes il a peut-être fait une erreur mais qu'elle aurait été sans conséquences sur un bovin, animal pour lequel était prévu son produit. Et donc que c'est vous, parce que vous avez utilisé un produit qui n'était pas fait pour lui, qui êtes responsable de la maladie et/ou de la mort de votre cheval.

 

Voilà une raison valable pour éviter d'utiliser des aliments pour les bovins chez les chevaux.

 

Bonne journée.

 

François Kaeffer

 

 

Seau de granulés. Techniques d'élevage. Image soumise à droits d'auteur. Nantes 2014

Seau de granulés. Techniques d'élevage. Image soumise à droits d'auteur. Nantes 2014

Publié dans Alimentation, Ration