Table des apports nutritionnels recommandés pour une poulinière suitée de 1000 kg

Publié le par Anne Cat et François

 

Après les besoins alimentaires de la jument gestante de 1000 kg, du poulain et du cheval adulte, voici les apports nutritionnels recommandés pour une jument de 1000 kg qui nourrit un poulain. 

 

Si votre jument fait 900 kg reportez-vous aux tables qui la concerne pour la gestation et pour la lactation. 

 

Les tables d’alimentation INRA pour ce type de chevaux s’arrêtent au poids déjà respectable de 800 kg. Mais en France de nombreuses races de traits lourds passent nettement ce poids. Nous avons donc extrapolé ces tables pour vous concocter une spéciale pour ce type de poulinière.

 

Nous vous rappelons qu’il s’agit d’estimations raisonnables ne reposant pas sur des expériences et qu’il convient donc de les prendre avec bon sens et de les adapter à chaque cas particulier.

 

 

 

Table des apports alimentaires recommandés pour une jument allaitante de 00 kg. Techniques d'élevage, 2014. Image soumise à droit d'auteur. 10

Table des apports alimentaires recommandés pour une jument allaitante de 00 kg. Techniques d'élevage, 2014. Image soumise à droit d'auteur. 10

UFC = Unité fourragère cheval ; MADC = matières azotées digestibles cheval en g ; Lysine en g ; P = phosphore en g ; Ca = calcium en g ; Mg = magnésium en g ; Na = sodium en g ; Cl = chlore en g ; K = potassium en g ; Cu = cuivre en mg ; Zn = zinc en mg ; Co = cobalt en mg ; Se = sélénium en mg ; Mn = manganèse en mg ; Fe = fer en mg ; I = iode en mg ; Vit A = vitamine A en UI ; Vit D = vitamine D en UI ; Vit E = Vitamine E en UI ; QI = quantités de matières sèches ingérées en kg.

 

Le poids de référence de la jument est celui qu’elle a 24 heures après un poulinage qui s’est bien passé.

 

Un apport supplémentaire de 0,7 UFC et 35 g de MADC sera donné aux pouliches mises à la reproduction à 3 ans pour assurer leurs besoins résiduels de croissance.

 

Vous constaterez une augmentation fulgurante des besoins et des quantités ingérées juste derrière la mise-bas. La réussite de cette période clé conditionne l’état au sevrage.

 

Si une jument arrive trop grasse à la mise-bas, cette augmentation ne se fera pas normalement et paradoxalement, elle risque d’arriver maigre au sevrage.

 

Attention, il ne faut jamais faire de restriction alimentaire sur une jument allaitante.

 

En cas d’insuffisance des apports minéraux, la jument va prélever dans ses réserves ce qui peut passer partiellement inaperçu mais compromet sérieusement la santé du poulain et sa carrière de reproductrice.

 

François et Catherine Kaeffer