Un poulain shetland est un shet… mais c’est avant tout un poulain

Publié le par Anne Cat et François

 

Les shets, c’est rustique…

 

Nous sommes d’accord.

 

Les shets, cela vous prend une bedaine pas possible rien qu’en regardant un caillou…

Les shets, si on les nourrit trop, cela va tout droit à la fourbure…

Les shets, les céréales et pire les tourteaux ou la luzerne, ce n’est pas du tout bon pour eux…

Les shets, c’est du foin, de l’herbe, en quantités limitées si on ne veut pas qu’ils gonflent façon ballon de baudruche à la Foire du Trône…

 

Nous sommes toujours d’accord… à condition qu’on parle d’un poney adulte.

 

Mais on voit de plus en plus souvent des poulains shets ou minis tout juste sevrés qu’on veut nourrir comme des shets : de l’herbe, du foin, de la paille et encore pas trop… un point c’est tout. Comment résister aux sirènes des campagnes de prévention contre l’obésité des humains, des chats, des chiens, des chevaux, des canaris… tiens celle-là, je ne l’ai pas encore vue !? On arrive même sur les forums à trouver des personnes réellement inquiètes des risques de fourbures par obésité sur un poulain de 1 an…

 

Conclusion, on obtient des animaux maigres voire squelettiques, avec un poil hirsute, des retards de croissance autrefois inconnus, des anomalies de comportement, des problèmes d’ossification… sur des shets.

 

Pourquoi ? Parce qu’avant d’être un shet, un poulain shet, c’est un poulain.

 

Il a donc les capacités digestives d’un poulain. Ce qui veut dire que jusqu’à 18 mois, il digère mal la cellulose. Or, la cellulose est le constituant principal des parois des cellules végétales. Comme le poulain la digère mal, il ne peut pas accéder au contenu des cellules de la plante alors que c’est justement là que se trouvent les nutriments qui devraient le nourrir.

 

Pour tous les chevaux jeunes ou adultes, on sait que le fait d’augmenter la teneur en cellulose d’une ration (la teneur en fibres si vous préférez) en diminue la digestibilité. Autrement dit, plus vous avez une ration riche en fibres, plus elles feront barrage à l’action des enzymes digestives et plus d’éléments intéressants se retrouveront dans le crottin au lieu de nourrir votre cheval.

 

Pour les fans de chiffres, l’équation INRA est la suivante : digestibilité de la matière organique = 89,0 – 1,01 teneur en cellulose brute (% de la matière sèche).

 

Bien sûr, les fibres, il en faut. C’est indispensable pour l’hygiène digestive, pour le transit… mais il faut savoir apprécier et consommer avec – un peu – de modération.

 

Le problème avec un poulain quelle que soit sa race, c’est que cette perte de digestibilité avec la teneur en cellulose va être considérablement plus importante que chez un adulte.

 

C’est pour cela qu’on considère qu’un poulain de 1 an ne doit jamais recevoir plus de 75 % de fourrage et encore un fourrage de qualité bonne à très bonne voire excellente autrement dit riche en feuilles et pauvre en cellulose. Bref, un fourrage plutôt jeune. Le reste doit être apporté par un aliment concentré adapté. 

 

Cela élimine le foin bien conservé de l’année d’avant ou le foin qu’on a fait en plein cagnard alors que tout était épié et sec. Cela élimine aussi la paille encore plus lignifiée et avec des cires, donc encore moins facile à digérer. Exactement ce type de fourrage qui convient parfaitement au poney adulte qui peut même réussir à grossir avec !

 

Votre poulain shet a donc tous les handicaps d’un poulain « normal » :

 

  • Il ne peut ingérer qu’une quantité d’aliment beaucoup plus faible qu’un adulte
  • Il ne peut pas digérer correctement les aliments riches en fibres
  • Il a des besoins élevés parce qu’il doit assurer sa croissance

 

Votre poulain shet est donc bien un poulain, même s’il a une croissance plus lente.

 

Mais vous allez me dire que dans la nature notre poney au beau milieu des îles Shetland qui ne sont pas particulièrement célèbres pour leurs pâturages verdoyants, il n’avait que cela à manger…

 

Oui, mais dans la nature, il avait le bon lait de maman jusqu’à 12 voire 18 mois. Et maman généreuse, elle lui en apportait 4 litres par jour… de quoi vous remonter un poulain, n’est-ce pas ?

 

Mais cela veut dire aussi que si votre poulain shet est toujours à la mamelle à 1 an, il faut que votre prairie ressemble plus aux espaces battus par le vent des îles de la Mer du Nord qu’aux prairies luxuriantes de Normandie… ce qui peut être délicat si justement vous y êtes, en Normandie.

 

Catherine Kaeffer

Poulain de 1 an. Techniques d'élevage. Image soumise à droit d'auteur.

Poulain de 1 an. Techniques d'élevage. Image soumise à droit d'auteur.