Renseignements nécessaires pour faire un point sur la ration de votre équidé

Publié le par Anne Cat et François

 

Faire un point sur la ration de son cheval, c’est avant tout collecter un certain nombre de renseignements indispensables :

 

Renseignements nécessaires sur votre cheval :

 

Sexe, âge : cela détermine la possibilité de croissance ou non, castré ou pas

 

Taille, périmètre thoracique (pris en passant par le passage de sangle en bas et à la jonction entre le garrot et l’encolure en haut) : cela permet d’estimer le poids du cheval (attention pour un âne, ce ne sont pas les mêmes méthodes de prise de mesure)

 

Etat corporel : si vous êtes Français, c’est une note de 1 à 5. Si vous êtes américain, c’est une note de 1 à 10. Vous saurez ainsi si vous devez faire une correction pour faire grossir ou au contraire maigrir le cheval.

 

État physiologique (jument allaitante ou gestante, étalon à la reproduction) : conditionne le choix de la table à utiliser.

 

Race : cela permet d’aiguiller sur un type d’alimentation.

 

Évolution ces derniers mois : très important. Cela permet de savoir si les conditions précédentes lui conviennent un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ou… pas du tout.

 

Historique des problèmes patho... : cela permet de savoir quels sont les points critiques dans votre future ration.

 

Les photos techniques (profil, face et dos bien dans l’axe ou toute photo particulière qui vous semble importante).

 

Renseignements sur ces conditions de vie :

 

Région, type de sol si vous le connaissez, paysage (zone humide, de montagne…) : indispensable pour déterminer d’éventuels risques de carences en dehors de la prise de sang. Un cheval carencé en iode dans la région de Saint-Nazaire, c’est peu crédible. Alors qu’à Belfort, cela l’est beaucoup plus.

 

Son hébergement (pré intégral ou avec abri, box…) : cela détermine s’il faut prévoir un plus lié à une dépense énergétique plus importante pour un cheval à l’extérieur.

 

Son type de travail actuel : cela joue sur le choix de la table à utiliser.

 

Ce que vous prévoyez pour lui dans le futur : c’est important pour prévoir les croissances et ménager les transitions.

 

Bref, tout ce qui peut vous permettre de le connaître avec le plus de précisions possibles pour pouvoir estimer ses besoins nutritionnels.

 

Si pour des raisons particulières (antécédents, présentation d’élevage, haute école, spectacle) vous désirez qu’il soit un peu rond ou au contraire plutôt léger, vous le notez.

 

Renseignements sur sa ration actuelle :

 

S’il reçoit du foin ou de l’enrubanné, il est préférable de faire des photos prises en étalant une poignée de fourrage sur une feuille de papier. Estimez aussi la quantité distribuée (en poids). Attention, c’est la quantité distribuée qui est bien différente de la quantité ingérée. Vous notez l’odeur, la couleur, la proportion de feuilles.

 

S’il est au pré, le temps où il reste chaque jour, s’il s’agit d’un pâturage permanent (1 seule parcelle) ou rotatif (on change de parcelle tous les 2-3 semaines). Une photo générale du pré et des photos plus particulières pour connaître la flore qui le compose sont utiles.

 

Pour les granulés ou les floconnés, volume distribué et du nom commercial. Pour les rations « maison », le nombre de litres ainsi que le poids d’un litre pour chaque ingrédient. Récupérez systématiquement les étiquettes.

 

Est-ce qu’il reçoit actuellement des compléments minéraux, des produits vétérinaires… ? Récupérer les noms, les étiquettes, les posologies.

 

Marques préférées ou plus faciles à trouver pour vous : pourquoi se crever à aller acheter à l’autre bout de la France si vous pouvez trouver un produit qui vous convient à 100 mètres de chez vous ?

 

Catherine Kaeffer

Chevaux au pré. Photo soumise à droits d'auteur. Techniques d'élevage Nantes 2014

Chevaux au pré. Photo soumise à droits d'auteur. Techniques d'élevage Nantes 2014