Comment diminuer la quantité de lait produite par une jument sans la stopper ?

Publié le par Anne Cat et François

 

Lorsque la jument est bonne, trop bonne laitière, et que l’on approche du sevrage, on souhaite parfois diminuer progressivement la quantité de lait produite, pour ne pas trop « tirer » sur l’organisme de la jument d’une part et pour inciter le poulain à manger davantage les aliments qu’on lui propose.

 

Cela pose la question du facteur qui maintient la lactation sur une jument au-delà des 5-6 premiers mois.

 

Ce qui maintient la lactation, c’est… la tétée. Tant qu’il y a un consommateur, il y a une productrice qui répond à ses attentes.

 

De ce fait, le seul moyen de diminuer la production de lait consiste à limiter l’accès du poulain à la mamelle. On peut le faire par exemple en séparant la mère et le poulain durant quelques heures ou sur une nuit comme cela se fait avec la méthode de sevrage progressif : moins de demande = moins d’offre.

 

Cela se passe généralement bien car si les mammites sont fréquentes chez les vaches, elles le sont beaucoup moins chez la jument qui n’a pas comme la vache une citerne importante. Vous savez, la citerne, c’est la zone de stockage du lait bien au chaud en attendant le consommateur. La vache en a une très volumineuse, c’est pour cela qu’on peut la traire seulement 2 fois par jour. La jument n’en a quasi pas… c’est pour cela que le poulain fait de multiples petits repas de lait. Ce n’est que lorsqu’il aura vidé la mamelle qu’elle pourra à nouveau se remplir.

 

On pourrait aussi penser que le niveau alimentaire intervient dans la quantité de lait produite et partant que si on baisse l’alimentation, la lactation décroîtra progressivement.

 

C’est une méthode qu’il ne faut jamais utiliser avec une jument. En effet, comme c’est la tétée qui maintient la lactation, la jument continuera à produire malgré la restriction alimentaire. Elle sera donc obligée de puiser largement dans ses réserves à la fois de graisse mais aussi de protéines et de minéraux. Donc non seulement elle maigrira, ce qui n’est pas trop grave mais elle démusclera et ses os se fragiliseront. Ce n’est que lorsqu’elle sera épuisée que la production de lait baissera.

 

Comme en général on fait cela parce qu’on trouve que la jument a un peu du mal à suivre et qu’on souhaite la soulager, cela ne va vraiment pas dans le bon sens.

 

Par contre évidemment, si on souhaite sevrer, il peut être intéressant quelques jours avant de commencer la transition pour passer la jument de la ration « allaitante » à la ration soit « entretien » soit « gestante », mais dans ce cas, la situation est toute différente puisque quelques jours plus tard le poulain est retiré.

 

Il s’agit d’un arrêt définitif et non d’une limitation de la production ce qui à tout prendre est plus facile à faire.

 

A bientôt.

 

Catherine Kaeffer

Mamelle de jument allaitante. Techniques d'élevage 2014. Image soumise à droits d'auteur

Mamelle de jument allaitante. Techniques d'élevage 2014. Image soumise à droits d'auteur