Comment estimer la précocité d'un poulain ?

Publié le par Catherine, François et Anne

 

La précocité d'un poulain c'est-à-dire l'age auquel son organisme atteint un état donné, est un facteur important pour pouvoir gérer les efforts demandés et ne jamais dépasser ses capacités. C'est en outre, pour les pouliches, un moyen de raisonner le délicat problème de l'âge de mise à la reproduction.

 

Cette précocité a un déterminisme génétique, les poulains de sang étant réputés plus précoces. L'alimentation intervient en permettant la totale expression de ce potentiel ou au contraire sa limitation que ce soit par insuffisance, excès ou mauvais équilibre.

 

L'évolution de la conformation générale est assez facile à appréhender avec de l'habitude. En particulier si le poulain de l'année est plus haut que long et s'inscrit donc dans un rectangle debout, le poulain de 18 mois s'inscrit dans un carré alors que l'adulte s'inscrit dans un rectangle couché. La persistance d'une conformation juvénile à un âge où elle aurait dû disparaître est un indicateur d'une faible précocité.

 

Le suivi de tout poulain impose de connaître l'évolution de son poids soit par pesée directe lorsque c'est possible, soit par la mesure de son périmètre thoracique. On rapproche le résultat obtenu des pourcentages de croissance normaux en fonction de l'âge du poulain pour déterminer un poids adulte théorique.

 

Ce poids adulte doit être comparé au poids « logique » en fonction de la race du poulain et de ses parents. Une divergence nette entre le poids adulte estimé et le poids « logique » doit amener à suspecter soit une pathologie soit plus fréquemment une mauvaise alimentation.

 

 Au-delà de ce calcul, le suivi de ces mesures permettent simplement de vérifier que l'animal évolue de façon régulière. La régularité de la croissance, l'absence de périodes de ralentissement voire d'arrêt de celle-ci sont de bon indicateurs de l'état de santé et d'un bon suivi alimentaire en fonction des besoins toujours en évolution du poulain.

 

On observe notamment ce phénomène dans le cas de poulains ayant eu une ration qui leur convenait bien à un moment donné qui donnait toute satisfaction mais comme elle « marchait bien » on l'aura maintenue trop longtemps. Il est impératif de revoir les rations des poulains au plus tous les 6 mois en régime normal et tous les 3 mois si on a un poulain qui doit récupérer après une maladie ou une erreur alimentaire précédente.

 

A noter qu'un poulain ne doit jamais être gras, l'épaisseur de graisse étant appréciée en passant la main au niveau des côtes qu'on doit toujours deviner ou voir sans que cela soit creusé entre les deux.

 

Un poulain dont on ne sent pas les côtes peut souffrir de deux erreurs alimentaires : un apport énergétique trop abondant (c'est ce à quoi on pense en premier), une ration apportant une énergie normale mais trop peu de protéines et/ou de minéraux/vitamines pour permettre des synthèses normales. Du coup, le poulain stoppe sa croissance et stocke l'énergie pour plus tard. Malheureusement dans ce cas, le propriétaire a généralement la réaction de diminuer les apports puisque le poulain est gros ce qui limite certes l'énergie mais comme cela affecte encore plus la croissance, le poulain ne maigrit pas.

 

Dans ce cas, le meilleur indicateur est la non-évolution du format (passage du carré au rectangle couché) et un côté trop juvénile, trop « mignon » du poulain.

 

Attention à ne pas confondre avec le poulain dont on sent les côtes mais qui a un gros ventre. Celui-là, même s'il est souvent accusé d'être gros (il a un gros ventre), ne l'est pas (on sent les côtes). Une fois éliminée l'hypothèse du parasitisme, ce sont souvent des poulains ayant une ration trop peu digestible pour leur âge et notamment des rations au foin ou à l'herbe exclusive ou presque pour des poulains de moins de 18 mois ou des poulains à croissance rapide. Le gros ventre traduit alors un développement anormal du tube digestif.

 

Pour une visite d'achat ou en cas de doute, un contrôle radiologique s'impose pour déterminer la précocité du poulain et sa capacité à tirer parti d'un entraînement sans en souffrir.

 

Catherine Kaeffer

La circonférence du canon est aussi une mesure très facile traduisant bien le développement osseux puisqu'elle est en étroite corrélation (R² de l'ordre de 0,85 à 0,90) avec la hauteur au garrot, la largeur aux hanches et le périmètre thoracique.

 

Poulain couché dans la paille. Techniques d'élevage 2014. Image soumise à droits d'auteur.

Poulain couché dans la paille. Techniques d'élevage 2014. Image soumise à droits d'auteur.

Publié dans Spéciale équidé, Elevage