Mettre des gants, une protection nécessaire

Publié le par Anne Cat et François

 

Les gants constituent une protection pour la personne soignante mais également pour l’animal et l’entourage. Bien utilisés, ils diminuent considérablement les risques de surinfection, de contamination par des germes ou des corps étrangers et de transmission des pathologies aux autres animaux ou à la personne soignante.

 

 

En l’absence de gants, les mains de la personne soignante sont une source potentielle de contamination par des germes mais aussi par des corps étrangers (terre sous les ongles par exemple).

 

 

Même si on se lave les mains, en l’absence de gant, les réflexes perdurent : une main passée sur le front, dans le cheveux, on flatte l’animal… et on contamine ensuite la zone qu’on souhaitait garder propre. Si les gants ne jouent pas ici un rôle direct, ils vont nous rappeler ce que nous faisons et jouer le rôle de « frein psychologique ».

 

 

Les gants sont une protection pour la personne soignante qui peut avoir des coupures, éraflures sur les mains. Lesquelles se verront rapidement contaminées au contact de l’animal. Ils protègent les mains des produits de traitement parfois agressifs et, dans tous les cas, non adaptés pour des mains saines qui en garderont trace sous les ongles, dans les plis de peau…

 

 

Les gants protègent également l’animal lui-même grâce au « frein psychologique » qui va aider la personne soignante à faire attention à ses gestes. Il est instinctif et souvent tentant de féliciter un animal sage d’une caresse. Cette habitude peut se révéler dramatique si la zone traitée est contaminée ou si le traitement est déjà appliqué. Les germes ou les traitements seront transportés par les mains et disséminés sur le corps de l’animal. Les zones les plus souvent flattées sont les premières atteintes : les naseaux, le museau, la tête, l’encolure...

 

 

Avec les gants, ces petits gestes seront perçus et mieux contrôlés (même si la vigilance n’est pas exclue). De plus, les gants laissent souvent les mains poisseuses, collantes ou odorantes, ce qui va inciter la personne soignante à se laver les mains après les soins… une autre façon de se protéger.

 

 

Enfin, s’ils sont bien enlevés, les gants sont aussi une bonne protection pour l’entourage qui ne risque ainsi plus d’être contaminé par des « restes » que le lavage des mains aurait laissé.

 

 

Produit de soin pour animaux. Image soumise à droits d'auteurs. Techniques d'élevage 2014

Produit de soin pour animaux. Image soumise à droits d'auteurs. Techniques d'élevage 2014