A cheval sur nos principes

Publié le par Catherine, François et Anne

 

 

Il faut venir avec enthousiasme, mais sans excès, demander, et non pas quémander, quelques caresses. Ne pas bousculer, ne pas chahuter, il faut rester sage et distant sans pour autant montrer de fierté ou de mépris.

 

Complicité avec tous les égards qui leur sont dus, voilà ce que réclament beaucoup.

 

Les animaux se prêtent généralement bien à ce petit jeu qu’on leur inculque d’une main de maître.

 

Il faut dire qu’ils sont bon comédiens et que s’ils répètent cette dévotion avec virtuosité, il n’en comprennent pas le sens.

 

Les animaux apprennent vite qui ils doivent être et cachent habilement leur émoi.

 

Pourtant, il arrive parfois qu’ils s’oublient sur de nouveaux exercices ou dans un moment de faiblesse. Les barrières tombent alors et les mots disparaissent. Les gestes deviennent plus naturels, plus doux ou plus durs.

 

L’apprentissage revient alors avec force pour tenter de reprendre le contrôle.

 

Et si, pour une fois, nous tentions de lâcher prise, de laisser aller. Juste pour voir, juste pour comprendre ce qui se dit, ce qu’ils nous disent.

 

La sagesse du dresseur réside dans sa capacité à déterminer quand il ne faut pas intervenir.

 

Vous pouvez protéger un animal contre le monde.

Vous pouvez l’amener à faire tout ce que vous voulez.

Vous pouvez l’emmener n’importe où.

 

Mais est-ce sage ?

Cherche-t-on à vivre avec cet animal ou avec l’idée qu’on se fait de lui ?

Partage-t-on sa vie ou l’enfermons-nous dans notre rêve de vie ?

 

Est-il normal qu’un animal témoigne de son affection avec nos « mots », avec nos « principes » ?

Ne serait-il pas plus logique qu’il le dise lui-même, avec ses propres « termes » ?

 

Quel crédit peut-on accorder à une réponse quand elle est apprise ?

 

Si je vous pose la question « Cet article vous a-t-il plu ? » et que je vous apprend que la réponse est « oui », sinon, je me fâche... que ferez-vous ?

 

Tout animal cherche à minimiser les conflits et parfois, c’est l’animal qui détient la solution.

 

Mais donner la parole ne suffit pas, il faut écouter, comprendre et répondre. Ce n’est qu’ainsi que l’animal et l’Homme pourront faire équipe.
 

Chien en harnais. Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2014

Chien en harnais. Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2014

Publié dans Dressage-Education