Dureté du sol, sabots équins et équitation

Publié le par Catherine, François et Anne

 

 

Le terrain influence le sabot de l'équidé, sa foulée, sa santé, ses performances... en bref, l'équitation ou le travail des équidés.

 

Il existe de nombreux types de sols selon les disciplines ou les conditions climatiques rencontrées. Et chaque sol va influencer la foulée de votre équidé.

 

Ainsi, par exemple, un sol profond va se traduire par de petites foulées rapides. Tandis que, pour une même vitesse, le sol dur va provoquer de grandes foulées.

 

Le sol va aussi générer un impact différent, selon sa nature, sur le sabot. Il va le déformer, le faire vibrer, le freiner...

 

Tandis que le sol profond ralentit, absorbe l'énergie et ne fait pas vibrer le sabot, le sol dur provoque des vibrations et un freinage parfois violent.

 

S'il faut de l'énergie pour s'extirper du sol profond, le sol dur provoque, quant à lui, l'accumulation de l'énergie par le corps de l'équidé qui « rebondit ».

 

Dans le cas du sol profond, l'effort est plus important et les traumatismes sont liés à l'élongation.

 

Au contraire du sol dur, où l'effort est faible mais où les vibrations et l'impact vont générer des traumatismes de pression.

 

C'est là que l'équitation intervient. L'équidé adapte de lui-même son allure au terrain mais les demandes de l'Homme ne sont pas toujours en accord avec celui-ci. Ainsi pour une même vitesse, on verra l'équidé « tricoter » ou au contraire « s'étendre » sur le sol pour minimiser les dégâts.

 

Dans les tournants, il faudra ajouter aux remarques ci-dessus, les torsions liées au sol profond. Pour le sol dur, sauf s'il est glissant, les tournants n'augmentent pas les risques traumatiques.

 

L'Homme devra donc adapter sa demande, l'allure et l'engagement demandé, au terrain que l'équidé foule. Sur un terrain trop dur ou trop profond, il devra modérer l'allure afin de garder une amplitude raisonnable et un posé qui évitera l'élongation ou les chocs et les vibrations. Dans le cas du terrain profond, l'Homme veillera également à incurver son équidé pour limiter les effets de torsion.

 

Cette adaptation devra tenir compte des particularités de l'équidé.

 

Tous les équidés n'ont en effet pas les mêmes sabots, ni le même poids ou la même conformation et ces différents « détails » vont influencer leurs aptitudes à conserver de la souplesse sur les différents terrains.

 

Un petit cheval ou un âne aux sabot fins souffrira moins sur sol dur.

Au contraire, un cheval aux sabots larges sera plus à son aise sur les sols profonds.

Mais attention aux chevaux de trait qui ont des sabots larges mais une masse importante qui seront plus à leur avantage sur sol dur.

 

A cela s'ajoute l'instant considéré. Un équidé n'aura pas les mêmes sabots toute sa vie. Son alimentation, sa santé et même les aléas climatiques vont influencer la corne de son sabot. Cette corne pourra notamment être moins riche en eau, ce qui diminuerait son élasticité.

 

Ainsi, l'équidé qui acceptera un sol dur un jour pourra ne plus l'accepter suite aux changements de son sabot qui n'absorbera pas les chocs de façon similaire.

 

L'Homme doit donc rester vigilant et observer son équidé, et plus particulièrement la longueur de sa foulée, afin de demander un travail adapté au terrain.

 

 

http://www.techniquesdelevage.fr/

http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage

Ombre équidé. Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2014

Ombre équidé. Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2014