Les deux vitamines à mettre en rapport (2ème partie)

Publié le par Catherine, François et Anne

 

 

Maintenant passons à la vitamine D.

 

Cette vitamine liposoluble est la vitamine du calcium, du phosphore et donc de l’os. La production de cette vitamine est aussi bien endogène qu’exogène ce qui explique que cette molécule est parfois considérée comme une hormone. Plusieurs points du métabolisme sont à étudier :

 

  • Les formes actives de la vitamine D sont le calcifédiol et le calcitriol (surtout).

 

  • Le cholécalciférol peut être produit par l’organisme, après exposition aux ultra-violets  au niveau de la peau, de la 7-déhydrocholestérol.

 

  • Une fois le cholécalciférol produit, il est transformé en calcifédiol par le foie (nécessite de l’oxygène et du NADPH)

 

Métabolisme de la vitamine D. François Kaeffer. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Métabolisme de la vitamine D. François Kaeffer. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Voyons les actions deux formes actives de la vitamine D. Leurs activités sont influencées par l’hormone parathyroïdienne, la prolactine et les œstrogènes. Elle est régulée par le taux de calcium, de phosphore et de la vitamine D circulante.

 

La vitamine D agit sur le métabolisme phosphocalcique :

 

  • Le calcitriol induit la synthèse par les cellules intestinales des phosphatases alcalines.

 

  • Le calcitriol inhibe la sécrétion de parathormone.

 

  • Le calcitriol favorise l'élévation de la calcémie et de la phosphatémie, essentiellement en augmentant l'absorption digestive de calcium et de phosphate.

 

Elle agit aussi sur la différenciation et la prolifération cellulaire :

 

  • Le calcitriol intervient dans la maturation et la différenciation des mononucléaires, des kératinocytes et dans la production de lymphokine. Il pourrait inhiber certaines proliférations cellulaires.

 

  • Le calcipotriol inhibe la prolifération des kératinocytes et permet leur différenciation.

 

  • Cette vitamine augmente la synthèse du facteur de croissance neuronale.

 

Un autre effet : le calcitriol induit la synthèse par les cellules intestinales des phosphatases alcalines.

 

Ce calcifédiol est métabolisé par le rein au niveau des cellules tubulaires à l’aide d’une hydroxylation. Cette réaction est conduite par un complexe enzymatique : le cytochrome P450-flavoprotéine-ferrodoxine. 

 

Donc la vitamine D s’occupe uniquement de la partie minérale de l’os.

 

La carence entraîne ainsi une déminéralisation osseuse (rachitisme ou à l'ostéomalacie).

 

L’intoxication est liée à une surabsorption de calcium avec accumulation de calcium au niveau de la mitochondrie des cellules et finalement apoptose (la mort programmée de la cellule). Les symptômes sont une hypertension, polyurie, polydipsie, faiblesse, nervosité, prurit, anorexie puis lorsque la calcification des tissus mous est trop importante, la mort.

 

Il est admis qu’une dose de 50 fois les besoins est délétère. La variabilité des besoins (taux de calcium, production endogène et les autres nutriments, qui influencent le métabolisme calcique, apportés par l’alimentation).

 

Fin de la deuxième partie.

 

Bonne journée.

 

François Kaeffer

 

http://www.techniquesdelevage.fr/

http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage