Analyser un problème de peau, les questions à se poser

Publié le par Catherine, François et Anne

 

Génétiques, infectieuses, tumorales, mécaniques... les origines d'un problème de peau peuvent être multiples et se combiner.

 

Rassembler les informations est une étape clé pour la recherche d'hypothèses. Cette étape vous sera utile mais elle pourra également aider le vétérinaire consulté car, contrairement à lui, vous avez l'animal sous les yeux chaque jour.

 

Pour faciliter la réflexion, nous considérerons ces informations sous forme de questions.

 

Quel âge avait votre animal lors des premiers symptômes ?

De quelle espèce et de quelle race est-il ?

 

Ces deux premières questions anodines vont guider sur une éventuelle cause génétique ou une prédisposition à certains problèmes de peau. En effet, un nouveau-né peut avoir une maladie de peau héréditaire non détectée auparavant, si c'est un vieil animal, c'est moins probable.

L'espèce peut aussi donner une idée en ce qui concerne un éventuel pathogène spécifique.

 

Quel est le mode de vie de votre animal ?

A-t-il accès à l'extérieur ?

Voyagez-vous avec lui ? Si oui, dans quels pays ?

Rencontre-t-il d'autres animaux ?

 

Dans ces questions, on recherche plusieurs causes probables et à éliminer des hypothèses. En effet, le contact avec l'extérieur, les voyages et les autres animaux vont amener des risques supplémentaires.

 

Comment le problème de peau a-t-il évolué ?

 

Notez les dates et les symptômes, n'hésitez pas à faire des films ou des photos pour suivre l'évolution du problème. Certaines pathologies ou atteintes de la peau peuvent être lentes ou rapides, provoquer des changements dans les symptômes ou être récidivantes avec des périodes d'apparente guérison. Il est donc important de recueillir ces données pour étayer vos hypothèses.

 

Sur quelle partie du corps les problèmes ont commencé ?

 

Cette question met en évidence certaines atteintes suite à une infection fongique, bactérienne ou certaines pathologies spécifiques d'une zone. Ce critère n'est cependant pas toujours fiable et doit être corrélé avec les autres réponses obtenues.

 

Démangeaisons intenses ou légères ?

 

Les démangeaisons sont facilement visibles et permettent souvent de guider notre réflexion mais c'est aussi un facteur qui va changer rapidement l'aspect des lésions (par l'apparition d'irritations ou de plaies) et qui peut mener à des conclusions trop hâtives en l'absence de contexte. C'est un point que l'on notera mais qui ne devra pas exclure une pathologie ou une origine qui ne démange pas.

 

Y-a-t-il un lien avec la météo, les saisons ?

 

Les allergies sont parfois sous-estimées chez les animaux. Néanmoins, cette question permet aussi de limiter les hypothèses lorsqu'une affection est liée à un temps humide ou sec, chaud ou froid.

 

Y-a-t-il eu des contacts avec des éléments, des plantes ou à des endroits particuliers ?

 

Cette question complète la précédente. N'oubliez pas de vérifier les produits de la maison, les produits utilisés pour le jardin ou les traitements contre les nuisibles. Les plantes sont aussi une source non négligeable de réactions et de problèmes cutanés.

 

Changement récent d'alimentation ou de paquet avant l'apparition des symptômes ?

Alimentation équilibrée ?

 

L'alimentation influence la peau. Les carences et les excès peuvent la fragiliser. Il existe également des toxines suite aux mauvaises conditions de fabrication ou de conservation qui peuvent affecter la peau. En proportion moindre, on trouve des allergies alimentaires qui peuvent aussi se répercuter sur l'état de la peau.

 

Utilisez vous des traitements externes ?

 

Les traitements externes comme les anti-puces, les anti-tiques, les autres répulsifs, mais aussi les savons, les shampooings, les crèmes... peuvent générer des réactions cutanées parfois violentes.

 

Utilisez vous des traitements internes (médicaments ou produits naturels) ?

 

L'usage de traitements influence l'organisme et donc la peau. Toute manifestation cutanée brutale suite à un traitement devra vous amener à consulter la notice et à arrêter le traitement si nécessaire.

 

Passons aux symptômes... la peau présente-t-elle des pellicules ? Est-elle grasse ou sèche ?

 

Un brossage léger avec la main permet de détecter la présence de peaux mortes, les pellicules. Celles-ci sont normales en quantité réduite.

Pour tester l'état graisseux de la peau, vous pouvez utiliser un papier cuisson et le frotter doucement sur celle-ci. Une peau trop grasse ou trop sèche devra être rééquilibrée en usant des réponses aux questions précédentes et éventuellement par un traitement d'appoint.

 

La peau est-elle épaisse ou fine ?

 

Une peau épaisse suppose une agression cutanée qui dure depuis un certain temps. Ce phénomène appelé kératinisation fait en effet appel à une modification de la structure de la peau et demande un certain temps pour se mettre en place.

 

La peau change-t-elle de couleur à la pression ? Met-elle du temps à reprendre une forme et une couleur normales quand on ôte la pression ?

 

Cette question permet de juger de l'état de la peau, de sa vascularisation et de son hydratation.

 

Y-a-t-il des croûtes ? Observez-vous la présence de liquides ou de pus ?

 

Ces signes peuvent être lié à la cause première du problème ou être le résultat d'une complication.

 

Les réponses à toutes ces questions, qui ne sont pas exhaustives, vous guideront vers un certain nombre d'hypothèses qu'il conviendra ensuite de tester.

 

Cet article a été rédigé par l'équipe de Techniques d'élevage, pour découvrir d'autres articles et les services de notre équipe, rendez-vous sur

http://www.techniquesdelevage.fr

http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage

 

Veau - tous droits réservés - Techniques d'élevage 2015

Veau - tous droits réservés - Techniques d'élevage 2015

Publié dans Physio-pathologie