L’acide butyrique : le métabolisme expliqué

Publié le par Catherine, François et Anne

Pour la formation de cet acide gras volatil, nous avons deux grandes voies :

 

  • Par l’acétoacétyl CoA qui provient de deux acétyl CoA à l’aide de l’acétyl-CoA C-acétyltransférase. C’est cette voie qui est la majoritaire pour les bactéries.
  • Par le succinate. Cette voie est utilisée par un nombre restreint de bactéries au niveau de la flore normale du cheval. Elle est donc anecdotique.
Métabolisme butanoate. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Métabolisme butanoate. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Comme vous pouvez le constater, cette voie coûte beaucoup en énergie potentielle si on compte en NADH et Acétyl CoA et n’en rapporte pas du tout… Bizarre…

 

 

Mais rappelons-nous que ce sont des bactéries anaérobies strictes donc, le passage par cette voie permet de justement récupérer la vitamine PP (NAD) engagée dans la voie du glucose. Pour ces bactéries, le cycle de Krebs et la chaîne respiratoire ne veulent rien dire. Donc la récupération de ces coenzymes est indispensable pour continuer la glycolyse et donc indispensable pour la survie de nos bactéries.

 

 

Ce métabolisme est très nettement plus efficace que celui de l’acide lactique puisque celui-ci ne libère qu’une molécule de vitamine PP par acétyl CoA alors qu’avec le butanaote, 2 sont libérés.

 

 

Pour le cheval, le principal est de récupérer le butanoate pour en faire de l’énergie donc retour à l’acétyl coenzyme A à travers l’acéto-acétyl CoA pour repasser par la voie aérobie (cycle de Krebs et chaîne respiratoire).

 

 

N’est-ce pas magnifique ?

 

 

Bonne journée.

 

 

François Kaeffer

 

Cet article a été rédigé par l'équipe de Techniques d'élevage, pour découvrir d'autres articles et les services de notre équipe, rendez-vous surhttp://www.techniquesdelevage.frou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :