Bien alimenter un entier ou un étalon

Publié le par Catherine, François et Anne

 

Les tables d’alimentation classiques comme les préconisations de la plupart des aliments, ont été établies pour les hongres ou les juments.

 

Cela signifie que si vous avez un entier, et que vous l’alimentez comme s’il était un cheval lambda, vous allez l’avoir un peu maigre… d’où en partie cette réputation qu’ont les entiers d’être « fit » alors que si vous regardez les gravures d’autrefois, les entiers étaient « fleuris ».

 

Petite remarque préliminaire : un cheval de 2 ans entier n’est pas un entier, c’est un poulain. Ce n’est qu’à partir de 3 ans sonnés qu’on fait une réelle différence entre l’entier d’une part et l’hongre ou la jument d’autre part.

 

Si on prend l’exemple d’un cheval de 600 kg :

 

 

Hongre

Entier

Différence

UFC

4,8

6,8

+ 42 %

MADC g

312

490

+ 57 %

Calcium g

24

36

+ 50 %

Phosphore g

17

23

+ 35 %

Magnésium g

9

11

+ 22 %

Sodium g

12

18

+ 50 %

Cuivre mg

103

128

+ 24 %

Zinc mg

513

638

+ 24 %

Cobalt mg

2,1

2,6

+ 24 %

Sélénium mg

2,1

2,6

+ 24 %

Manganèse mg

410

510

+ 24 %

Fer mg

515

1020

+ 98 %

Iode mg

2,1

2,6

+ 24 %

Vit A UI

33 300

41 000

+ 23 %

Vit D UI

4 100

5 100

+ 24 %

Vit E UI

510

638

+ 25 %

 

Vous constatez que si la différence est de l’ordre de 20-25 % sur nombre de critères, elle est nettement plus élevée en énergie (UFC + 42 %) en protéines (MADC + 57 %), en calcium (+ 50 %) et sodium (+ 50 %) et surtout en fer (+ 98 %). Ceci étant, pour le fer, on est rarement juste donc cela ne pose généralement pas de problèmes.

 

Par contre, le rapport protidoénergétique (g de MADC/UFC) est grosso modo le même pour un entier que pour un hongre. A ce sujet, on voit souvent des aliments élevage indiqués comme convenant à un étalon. Un étalon oui, c’est-à-dire un entier qui saillit mais pas pour un entier qui ne saillit pas qui peut lui se contenter d’un aliment normal même si les quantités ne sont pas les mêmes.

 

Il est juste de dire que les besoins pour les entiers comptent une heure de sortie pour ceux qui sont en box car c’est indispensable. Mais un cheval à l’entretien en box doit lui aussi sortir.

 

En fait, au delà des différences liées à la masse musculaire souvent plus importante, il y a surtout une différence de comportement. Les entiers sont souvent beaucoup plus actifs et notamment si d’autres chevaux passent à proximité.

 

Pour certains entiers qui peuvent passer des heures à faire le beau dans leur pré pour séduire la belle demoiselle qu’ils aperçoivent de l’autre côté, il convient d’assimiler cette cour à un travail. Car il faut bien reconnaître qu’il n’y a pas de différence entre un piaffer demandé à pied dans un manège et celui que vous pouvez admirer au beau milieu d’un pré… si ce n’est que le second est souvent plus expressif et partant plus dispendieux en énergie que le premier.

 

De ce fait, pour certains entiers qui s’expriment beaucoup, on peut être amené à ajouter à leur travail officiel, l’équivalent d’une heure par jour de travail « personnel ».

 

Si on fait le point de tous ces ajustements, on peut entretenir un entier aussi bien qu’un hongre. Le seul bémol est pour ceux qui sont en troupeau et qui se sentent « chargés de famille ». Dans ce cas, ils peuvent facilement délaisser la ration pour faire leur devoir et dès lors, ils maigrissent parce qu’ils ne prennent pas le temps de s’alimenter.

 

Pour ces derniers la seule solution consiste à donner une ration suffisamment énergétique et concentrée pour qu’avec une petite quantité, ils en aient suffisamment pour éviter de trop perdre pendant la belle saison, quitte à les mettre dans un endroit tranquille pour qu’ils s’autorisent à se mettre à table.

 

Et en plus, il faut compter leur « service » car souvent ce sont des étalons.

 

Catherine Kaeffer. 

Etalon poney en présentation. Techniques d'élevage tous droits réservés

Etalon poney en présentation. Techniques d'élevage tous droits réservés