Bien alimenter un poney shetland adulte

Publié le par Catherine, François et Anne

 

 

Tout le monde vous le dira, les shets sont des poneys rustiques, capables de grossir en suçant des cailloux. De fait, lorsqu’on regarde des photos des îles Shetland, la végétation n’a strictement rien à voir avec nos verts pâturages de Normandie.

 

De ce fait, on rencontre régulièrement des poneys qui ressemblent à des tonneaux sur pattes, avec une croupe double, la colonne vertébrale et le garrot complètement noyés, une peau grasse, un poil terne et un embonpoint qui fait dire à certains qu’ils sont heureux alors qu’en fait ils ne sont pas bien du tout. Et je ne vous parle pas du test universel qui consiste à chercher à sentir les côtes au toucher. Avec ce type de poney, aucune chance de réussir, les côtes sont enfouies sous une épaisse couche de graisse.

 

Ce sont des candidats sérieux à des problèmes de santé graves et en particulier à de la fourbure.

 

On a assisté, il y a une bonne dizaine d’années à une prise de conscience du risque pour la santé du poney de cet embonpoint exagéré. De ce fait, par crainte de la fourbure, on a de plus en plus de poneys qui sont restreints, maintenus dans des paddocks sans herbe ou munis du fameux panier pour limiter leur capacité à brouter l’herbe.

 

Et on voit de plus en plus souvent des shets maigres, avec un poil catastrophique, des côtes marquées… et un gros ventre qui fait que leur propriétaire accentue encore le régime.

 

Et parfois, on voit des fourrages mal conservés qui sont donnés aux shets alors qu’on ne les donne pas aux chevaux en argumentant que le beau fourrage est de toutes façons trop riche pour eux.

 

Tout est une question d’équilibre. Manger une ration peu énergétique ne veut pas dire manger une ration de mauvaise qualité. Cela ne veut pas dire non plus ne quasiment rien manger en quantité.

 

Il est relativement facile d’utiliser n’importe quel foin avec un shet. Si votre foin a été récolté à l’épiaison ou a pris la pluie mais qu’il est sain, il est suffisant au niveau nutritif. Si vous avez un foin superbe, un regain de première qualité, tout vert et plein de feuilles, il peut aller aussi à condition de le donner en quantité plus ou moins limitée et d’apporter en sus de la paille à volonté. Ainsi, avec le mélange foin superbe + paille, vous aurez un équivalent nutritionnel d’un fourrage moins nutritif, plus riche en fibres, récolté à un stade plus avancé.

 

Évidemment, si votre shetland travaille beaucoup, il faudra améliorer sa ration en apportant plus de foin de meilleure qualité.

 

Votre juge de paix, c’est les côtes de votre poney. La vue n’est pas fiable parce que les variations de poil sont telles que cela fausse l’impression. Par contre, le toucher marche bien. Vous devez arriver à sentir les côtes en insistant légèrement. Si vous ne les sentez pas, le poney est trop gras. Si vous sentez un trou marqué entre deux côtes, ou que vous les voyez, il est trop maigre.

 

Grâce à ce procédé, vous pouvez gérer les apports en énergie. Les apports en protéines ont peu de chances d’être déficitaires dans ce cas.

Mais le point sur lequel 90 % des rations pour poneys sont déficientes est l’apport minéral. En effet, pour un cheval de selle, via l’apport de granulés industriesl, le propriétaire fait une complémentation minérale… fusse comme Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir.

 

Mais pour un shet, comme on ne donne pas d’aliment complémentaire, on ne donne le plus souvent pas de minéraux non plus.

 

Or, les besoins d’un shet en minéraux sont proportionnellement aussi importants que ceux d’un selle… Logique, il mange moins.

Comparaison des besoins minéraux (/ kg de Matière sèche ingérée) entre un Cheval de selle et un poney shetland. Techniques d'élevage tous droits réservés.

Comparaison des besoins minéraux (/ kg de Matière sèche ingérée) entre un Cheval de selle et un poney shetland. Techniques d'élevage tous droits réservés.

Donc un apport de minéraux via un CMV (complément minéral vitaminé) ou au pire une pierre à sel minéralisée est totalement indispensable.

 

Le régime d’un shetland adulte à l’entretien ou travaillant peu est donc : foin ou herbe (+/- paille) + complément minéral vitaminé.

Notez que je dis « shet adulte à l’entretien ». Donner ce type de régime à un poulain shet ou à une poulinière serait très mauvais pour lui.

 

Catherine Kaeffer

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Shetland mené juste avec un ventre proéminent et un poil médiocre. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Shetland mené juste avec un ventre proéminent et un poil médiocre. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :