Gestion du pâturage : importance du chargement

Publié le par Catherine, François et Anne

 

Nous avons vu comment on peut utiliser les UGB pour déterminer un chargement que ce soit pour des bovins ou pour des équins.

 

Mais quelle est l’importance de ce chiffre ?

 

Le niveau de chargement est la résultante des animaux présents et de la surface qui leur est offerte. Elle est donc de la décision de l’éleveur ou du propriétaire compte tenu de ses contraintes.

 

Si le chargement est réduit, l’offre d’herbe est importante, facilement accessible. Par contre, les animaux ont tendance à gâcher l’herbe en la piétinant. En outre, ils peuvent davantage créer des zones de refus ce qui à terme peut rendre le pâturage moins homogène. En conséquence, la productivité par hectare est faible. Si cette situation perdure, les fourrages n’étant pas consommés au fur et à mesure vieilliront sur pied et perdront une bonne partie de leur valeur nutritionnelle. La reprise de la parcelle, étouffée par des plantes vieillissantes sera difficile.

L’augmentation du chargement permet dans un premier temps de nourrir aussi bien les animaux mais d’augmenter la productivité par pré en diminuant les pertes que ce soit par refus, par piétinement ou par vieillissement. Dans un système où ce qui compte c’est alimentation optimale d’animaux à besoins importants comme des poulinières ou des jeunes chevaux, c’est le point à rechercher en permanence.

Si la surface offerte à chaque animal continue à baisser, les gains de poids par animal vont décroître même si la production du troupeau continue un temps à augmenter. Cette situation est intéressante pour les animaux qui ont tendance « à grossir en suçant les cailloux ». En effet, dans ce cas, la quantité d’herbe disponible étant moins importante, ils mettent plus de temps à pâturer et finalement grossissent moins.

A l’extrême, on peut même observer des pertes de poids si la quantité disponible est inférieure aux besoins des animaux.

 

Toute la subtilité de la gestion du pâturage consiste justement à adapter en permanence le chargement à la pousse de l’herbe qui forcément n’est pas constante.

Comme le chargement est le produit du nombre d’animaux et de la surface, il est possible de le modifier soit en agissant sur la partie « animale » soit en jouant sur la surface.

 

Pour modifier le niveau de pression par l’animal on peut ajouter (ou retirer) un ou plusieurs animaux (ou diminuer de façon importante le temps de pâturage ce qui pour l’herbe revient au même). Le fait de réserver une surface pour la fauche revient de fait, au niveau de la plante à ajouter de façon instantanée des animaux fictifs.

 

On peut aussi modifier le chargement en allouant des surfaces plus au moins importantes à un nombre d’animaux défini. Dans ce cas, c’est l’avancée d’un fil, l’ouverture d’une parcelle qui permettent de conserver le même chargement, de l’augmenter ou de l’abaisser en fonction de sa stratégie.

 

Or la contrainte majeure est la dépendance de la production végétale vis-à-vis des conditions climatiques (température, pluie), pédologiques (état des sols, piétinement) et agronomiques (composition de la flore, âge de la prairie, précédentes exploitations).

 

Il n’est donc pas possible de donner, d’une année sur l’autre voire d’un cycle sur l’autre ou d’une parcelle sur l’autre, un chargement « idéal ». La seule solution est une adaptation permanente aux conditions du moment. Une bonne mesure consiste donc à observer la hauteur et la densité de l’herbe présente sur la parcelle. Elle doit être suffisamment haute pour que les animaux ne mangent jamais le collet de la plante, partie qui lui permettra de repartir car elle contient ses réserves. Par contre, il ne faut pas non plus que la plante prenne trop de hauteur et sèche sur pied.

 

Un délicat équilibre.

 

Catherine Kaeffer

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Cheval au pré. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Cheval au pré. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Publié dans Alimentation