Suros et autres exostoses sur les membres équins

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

 

Dans le langage courant, un « suros » est une tare dure que l'on soupçonne être d'origine osseuse sur le membre antérieur (parfois postérieur). Elle est chaude et douloureuse au début et devient froide et indolore quand elle est stabilisée. Elle peut être à l'origine d'une boiterie aiguë ou chronique.

 

En termes vétérinaires, le suros est une manifestation clinique d'une périostite ossifiante suite à une atteinte du ligament interosseux entre le métacarpien principal et le métacarpien rudimentaire. Il existe aussi une autre variante moins fréquente qui touche les métatarsiens.

 

Le « suros » du langage courant regroupe donc un ensemble d'exostoses du membre antérieur ou postérieur qui peuvent être ou non des suros selon les termes du vétérinaire (lequel utilise parfois la terminologie courante).

 

Ces exostoses ont des origines variées.

 

Elles peuvent être nutritionnelles ou liées aux mauvais aplombs chez les jeunes chevaux.

Elles pourront être traumatiques chez les chevaux de tous âges ou liées à un effort important.

 

L'évolution est rapide, on aura un équidé boiteux « du jour au lendemain » avec une zone gonflée mais bien délimitée, chaude, douloureuse et localisée sur un membre. Cette zone sera la conséquence d'une atteinte d'un ligament ou de l'os (desmopathie, fracture, fêlure...) qui pourra évoluer en périostite avec une néoformation osseuse.

 

Le repos prescrit permettra un rétablissement apparent en quelques semaines mais tout effort intense pourra provoquer une « rechute » brutale. La prudence lors de la reprise du travail est essentielle, tout comme le repos prolongé et le travail de rééducation associé.

 

Une vérification de la ration alimentaire permettra d'optimiser les apports minéraux et de limiter le risque d'évolution en exostose.

 

Les traitements mis en place comprennent généralement une action anti-inflammatoire. Un traitement précoce et un suivi régulier permettront d'éviter la néoformation osseuse, laquelle ne serait plus résorbable par la suite.

 

Une surveillance attentive est nécessaire pour éviter une évolution vers une boiterie chronique par une atteinte des ligaments environnants ou de l'articulation.

 

Tant que l'exostose n'est pas stabilisée, elle est entourée d'une zone fibreuse qui peut disparaître suite à l'application de traitements externes.

 

La chirurgie est parfois nécessaire pour sauvegarder la fonctionnalité du membre.

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Membres antérieurs. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Membres antérieurs. Techniques d'élevage. Tous droits réservés