Affections chroniques, toxines et drainage

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

 

Il existe une théorie selon laquelle un certain nombre d'affections chroniques, notamment celles qui concernent la peau, seraient liées à une surcharge de toxines dans l'organisme de l'animal. Une telle surcharge pourrait mener à une réaction d'hypersensibilité du système immunitaire ou à un affaiblissement durable et prononcé de celui-ci. Les affections pourraient alors devenir chronique, sous forme d'allergies ou au contraire d'infections récurrentes.

 

Les toxines impliquées dans les affections chroniques pourraient avoir plusieurs origines.

 

Une première possibilité est une intoxication suite à un défaut d'élimination. Les organes chargés de « nettoyer » l'organisme, notamment le foie et les reins, s'ils sont atteints, ne pourront plus faire leur travail. L'organisme va donc se charger en molécules potentiellement néfastes.

 

Une deuxième possibilité est une atteinte du tube digestif qui aurait pour conséquence une entrée plus importante d'endotoxines ou de bactéries néfastes. Des nutriments imparfaitement digérés pourraient également passer la barrière intestinale. Le foie serait alors surchargé rapidement.

 

Une troisième possibilité consiste en un dysmicrobisme. Un déséquilibre dans la population microbienne nécessaire à la digestion qui entraînerait une recrudescence des bactéries néfastes et des toxines associées.

 

Dans toutes ces hypothèses, l'arrivée de molécules étrangères, issues de médicaments par exemple, va aggraver la situation. De même, le stress ou une diète inadaptée vont aggraver l'état de l'animal, quand ils ne sont pas à l'origine des toxines elles-mêmes.

 

Le drainage, en ciblant les reins et le foie notamment ou en ayant un effet laxatif, a pour objectif d'aider l'organisme à évacuer les toxines. Néanmoins, si on peut ainsi soulager l'animal, quelle que soit l'hypothèse retenue, le drainage ne permettra pas de le guérir. Il peut même dans un premier temps aggraver l'état de l'animal.

 

Pour être efficace, le drainage devra s'accompagner d'une rectification des conditions de vie de l'animal. L'alimentation, l'environnement, le stress... tout devra être « re-pensé » afin de s'adapter parfaitement à l'animal.

 

Il est aussi important en matière de drainage de comprendre qu'au mieux, on ne fait qu'aider l'organisme. On ne le remplace pas et on reste donc limité par les capacités de l'individu à se régénérer seul.

 

Pour ces raisons, on veillera à rester prudent dans l'usage des drainages sur un animal déjà affaibli. N'hésitez pas à en parler avec votre vétérinaire et n'employez jamais de drainage lorsqu'un traitement est déjà en cours. Le drainage ne fera pas de différence entre les molécules du traitement « bénéfiques » et les molécules « néfastes ».

 

Quand on utilise un drainage, il ne faut pas s'attendre à des résultats spectaculaires ou immédiats. Il faudra parfois user du drainage pendant plusieurs mois voire des années avant qu'un retour à l'équilibre soit possible.

 

Le drainage rompt l'équilibre. Il agit sur l'intestin, le foie, les reins... si bien qu'il peut sur un animal en bonne santé devenir néfaste. En effet, si on sait quel équilibre on détruit, on ne sait pas lequel pourra se reconstruire. On peut avoir un meilleur équilibre ou un équilibre néfaste avec du dysmicrobisme.

 

Veillez donc à traiter l'animal qui en a besoin, suffisamment longtemps, en ayant pris le temps de réfléchir aux conséquences du drainage, aux symptômes qu'il faudra surveiller et à la façon dont vous y mettrez fin.

 

http://www.techniquesdelevage.fr/
http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage

Chat au soleil. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Chat au soleil. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Publié dans Naturopathie