Positif : analyses et maladie

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

 

Confronter l'analyse au contexte clinique. Un principe qui peut sembler étrange de nos jours quand les laboratoires fournissent de plus en plus d'outils aux particuliers (normes pour la recherche, interprétations d'analyses...) et pourtant, les analyses, si elles ont gagné en précision, n'apportent pas toutes les données nécessaires à la conclusion.

 

Une analyse ne veut rien dire sans le contexte qui l'entoure... le contexte du prélèvement, les raisons qui ont poussé à l'analyse, l'évolution observée depuis l'analyse...

 

Tout commence par le choix des analyses. Ce choix ne peut être le fruit du hasard, il découle d'une réflexion sur les possibles causes d'un problème.

 

Une analyse sanguine ne donnera que les résultats demandés. On pourra ainsi occulter certains aspects du problème ou au contraire les souligner.

 

De même, si l'on choisit de faire un test ELISA, on pourra être à la recherche d'anticorps ou d'antigènes. La réponse s’interprétera alors de façon différente car on testera dans un cas la réponse de l'organisme et dans l'autre, la présence du problème.

 

Quand on teste la réponse de l'organisme, on peut avoir un animal positif car il a rencontré le problème dans sa vie. La question est alors de savoir quand le problème a été rencontré : il y a quelques jours, quelques mois, quelques années ? L'animal en souffre-t-il encore ?

 

A la question, votre cheval a-t-il la leptospirose ? Vous aurez la réponse « oui » à 80 % pour un cheval sain si vous testez les anticorps.

 

Quoi que l'on recherche à travers une analyse, seul le contexte pourra nous dire si on avait une chance au départ de le trouver.

 

Une coprologie négative en hiver ne signifie pas que le cheval ne contient aucun parasite mais que ceux-ci n'ont pas été expulsé au moment du prélèvement. Ce qui n'est pas surprenant en hiver.

 

Une analyse est là pour confirmer ou infirmer une hypothèse précise. Elle ne vous permettra pas de trouver une réponse à une question vague.

 

L'observation attentive et avertie reste encore le meilleur outil pour déterminer ce qui ne va pas chez un animal.

 

 

Cet article a été rédigé par un membre de l'équipe de Techniques d'élevage. Retrouvez tous nos articles sur http://www.techniquesdelevage.fr ou http://anneetcat.wix.com/techniques-elevage.

Zone de prélèvement. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Zone de prélèvement. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Publié dans Pharmacie, Analyses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :