Comment juger de l’efficacité brise-vent de votre haie ?

Publié le par Catherine, Francois et Anne

Nous avons dans un précédent article abordé l’effet des haies et brise-vent sur le confort. Les haies vont au contraire du mur avoir un « effet de peigne » et linéariser le déplacement de l’air. Mais comment juger l’impact de votre haie sur la vitesse du vent ?

Il faut vous mettre devant, si possible à contre-jour et estimer dans quelle mesure vous voyez à travers (la largeur de la surface protégée est mesurée en multiple de la hauteur de la haie).

Si votre haie ne présente pas de vides apparents, vous avez une perméabilité de 20 %. C’est le cas d’une haie de cyprès doublée en sa partie basse d’une garniture de roseaux. La protection apportée par une telle haie est excellente sur la zone comprise entre 0 et 5 fois sa hauteur et moyenne sur la zone comprise entre 5 et 10 fois sa hauteur.

Si nous avons une haie de 5 mètres de haut, vous aurez une protection excellente sur une bordure de 25 mètres à partir de son pied.

Attention que comme il a été précisé dans le précédent article, cela ne marche que si la densité de la haie est homogène de haut en bas. Une haie constituée d’arbres avec un tronc élagué et une couronne de feuilles, accroît au contraire la vitesse du vent qui s’engouffre en dessous. C’est pour cela que l’exemple parle d’une haie de cyprès, dont la partie basse plus dégarnie est doublée par du roseau.

Cette remarque amène à penser qu’il n’est pas forcément avantageux de nettoyer les haies bocagères de leurs ronces et autres plantes indigènes car elles sont extrêmement utiles pour « tapisser » le pied de la haie.

Si votre haie présente environ 1/3 de vides apparents, sa perméabilité peut être estimée à 50 %. C’est le cas d’un perchis de feuillus en été. Dans ce cas la réduction de la vitesse du vent est de 50 % sur la zone de 0 à 10 fois la hauteur de la haie et de 25 % sur la zone entre 10 et 20 fois la hauteur de la haie.

Si votre haie présente environ 2/3 de vides comme par exemple la même haie de feuillus mais cette fois en hiver, sa perméabilité est de 80 %, la vitesse du vent est réduite de seulement 20 % sur 15 à 20 fois la hauteur de la haie.

Si sur un des bords de votre pré, vous avez une bande boisée de 5 à 20 mètres de large, vous êtes dans un cas extrêmement favorable. En effet, le vent s’engouffre dans cette zone boisée totalement, sans provoquer de turbulences et il s’élimine progressivement vers la cime des arbres. Donc une excellente protection, sans zone de turbulences derrière qui peut faire jusqu’à 20 à 30 fois la hauteur des arbres.

Outre son intérêt d’offrir une zone de confort aux animaux, les haies limitent l’érosion des sols et offrent un ombrage en été, ainsi qu’une meilleure tranquillité des animaux. En outre, en cas de forte pluie, elles absorbent une partie de l’eau.

Dans certaines zones avec des gelées nocturnes, comme l’air est moins agité, il peut cependant se créer des poches de froid derrière une haie surtout si celle-ci est constituée de conifères très denses. Dans ces zones, une haie de feuillus, plus perméable en hiver peut être préférable.

Catherine Kaeffer

Réseau de petites et de grandes haies. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Réseau de petites et de grandes haies. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Publié dans Pâturage