Gestion de l’eau par l’organisme (partie 2)

Publié le par Catherine, Francois et Anne

Au niveau sanguin, seul le sodium peut servir à constater les problèmes d’eau ou de rein dans une moindre mesure. Plusieurs signes cliniques, en plus de l’analyse de sang, peuvent vous aider à orienter vos hypothèses.

Les données de l’article précédent sont essentielles car elles vont orienter la prise en charge. Les différents cas de figure sont les suivants :

Hyponatrémie (concentration inférieure à la normale en sodium).

Deux cas existent pour obtenir une hyponatrémie : la déshydratation hypotonique ou une hyperhydratation.

La déshydratation hypotonique est une perte en sodium supérieure à la perte en eau. Tout le problème est de savoir où l’eau est éliminée :

  • le rein avec une élimination anormale de sel dans les cas de maladies des glandes surrénales (hypoaldostéronisme)
  • des pertes en dehors du rein (extrarénales) : au niveau des tissus interstitiels dans les cas d’iléus, de péritonite et d’œdème, lors d’une transpiration abondante, d’une diarrhée (souvent chez les poulains et dans les diarrhées prolongées) ou d’une pancréatite.

Ce cas de déshydratation est le plus délicat à gérer puisqu’il faut saler l’eau de boisson à hauteur de 14 g/litre d’eau mais surtout l’appel d’un vétérinaire pour investiguer sur les causes de cette déshydratation est indispensable.

Une hyperhydratation hypotonique engendre une hyponatrémie par dilution. Cela peut être dû soit à une insuffisance cardiaque, à une cirrhose ou à un traitement d’infusion inadapté. Dans les deux premiers cas vous aurez un cheval qui boira plus que de raison et une faible quantité d’urine. Il est important de vérifier l’état du « Rein » avant toute réhydratation.

Hypernatrémie. (concentration de sodium supérieure à la normale)

Ici aussi deux cas peuvent se présenter :

  • une déshydratation hypertonique : la perte en eau est supérieure à la perte en électrolytes et cela arrive dans les cas perte d’eau (diarrhées, brûlures, syndrome de Cushing et l’insulino-résistance, maladies rénales), sensation de soif faible. Une réhydratation en eau avec une faible teneur en minéraux est suffisante pour régler le problème mais délicate pour les vieux chevaux dont il va falloir forcer l’abreuvement (ration sous forme de soupe, ajout d’un litre de jus de fruit dans 10 litres d’eau).
  • une hyperhydratation hypertonique. C’est un cas rarissime de montée simultanée du sodium et de l’eau. On retrouve ce cas dans les troubles du métabolisme de l’aldostérone ou un traitement à la cortisone.

La déshydratation se constate cliniquement à l’aide du pli cutané, une oligurie (faible quantité d’urine) peau et muqueuses sèche, une pression veineuse centrale plus faible et un pouls filant.

Pour les éleveurs, il est rare que vous soyez confrontés à une modification du sodium mais jeter un coup d’œil est indispensable ne serait-ce que pour être sûr que les chiffres de votre analyse ne sont pas faussées par une déshydratation (augmentation de la concentration des cellules et des substances dans le sang) ou une hyperhydratation (dilution des cellules et des substances sanguines).

Bonne journée.

François Kaeffer

Ane. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

Ane. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.