Maîtriser le cabrer

Publié le par Catherine, Francois et Anne

Le dressage trouve son inspiration dans le comportement naturel. Le cabrer ne fait pas exception à cette règle, bien qu'il reste un comportement peu présent chez les chevaux adultes.

La plupart des personnes qui souhaitent obtenir un cabrer se posent la question de « comment l'obtenir ». Pourtant si cette question n'est pas dénuée de sens, elle sera insuffisante si on ne répondait pas à la question « comment le maîtriser ».

Car le cabrer fait partie de ces apprentissages qui ont pour origine un comportement de défense.

Nous ne parlons bien sûr pas ici de la figure de dressage posée issue du travail du rassembler, mais de l'exercice demandé à des chevaux qui souvent ne maîtrisent pas le rassembler.

Les techniques d'obtention reposent sur le comportement originel. Le mouvement est provoqué puis associé à un code pour que la défense devienne une demande.

La personne désireuse d'obtenir ce mouvement va provoquer, avec suffisamment de violence, une demande d'arrêt brusque sur un cheval en mouvement ou une demande de mouvement vif sur un cheval qui ne peut pas avancer. La pression sera telle que le cheval n'ayant aucun échappatoire va se défendre en se cabrant... et là, la personne va féliciter.

A condition d'être crédible (et donc de représenter une réelle menace aux yeux du cheval), l'obtention ne pose donc que très peu de problèmes.

Mais la maîtrise est bien plus hasardeuse... en effet, le cabrer est une réponse à l'attaque de l'Homme. Une attaque jugée suffisamment sérieuse et grave pour que le cheval s'en défende. Une attaque qui a stressé voire paniqué le cheval et qui a peut-être anéanti la confiance ou une partie des relations amicales que le cheval entretenait jusqu'à présent avec son humain.

La situation est donc mal engagée.

Elle le sera également si on demande cet exercice à un poulain... certes, il pourra alors considérer que vous jouez mais il risque alors de vous proposer ce jeu à d'autres moments ou d'initier la suite de celui-ci en vous mordant. Personnellement, je déconseille d'apprendre le cabrer à un cheval qui n'est pas mature mentalement.

La première étape qui pourra mener à la maîtrise du cabrer passe donc par le choix du moment où on va demander l'exercice. Un cabrer ne se demande pas à un cheval qui a déjà du mal à faire confiance ou qui est craintif. Il ne sera pas demandé à un cheval qui a des douleurs ou qui est malade. Le cabrer devra également être le seul nouvel exercice de la séance... une séance rythmée par le calme et la concentration.

Et bien sûr, prenez le temps de vous renseigner, de peaufiner votre connaissance de la méthode afin que vous sachiez ce que vous souhaitez obtenir et par quel(s) moyen(s).

La deuxième étape consiste à veiller sur la façon dont vous allez demander le cabrer. Évitez de faire de l'excès de zèle, contentez-vous du minimum de pression nécessaire.

Ensuite, il faudra transformer ce geste de défense exceptionnel en un geste commun... mais rappelons-nous ce qui nous a inspiré : un geste de défense certes naturel mais peu utilisé au quotidien. Il est donc primordial de ne pas demander le geste plusieurs fois par séance sans pratiquer au préalable un entraînement physique adéquat.

La musculation, le placement des postérieurs et la rigueur font partie des éléments qui permettront à cette défense de devenir un exercice.

Enfin, même si vous ne souhaitez pas passer des années avant de demander le cabrer de nos anciens, ne vous contentez pas d'un cabrer demandé à la va-vite. Un beau cabrer demande beaucoup d'heures de travail à pied... et pas seulement sur cet exercice.

Anne Anta

 

Poulain au cabrer lors d'une présentation. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Poulain au cabrer lors d'une présentation. Tous droits réservés. Techniques d'élevage