Le dromadaire : animal de rente méconnu. 2. Le chamelon

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

Les dromadaires possèdent une large catégorie d’espèces et surtout de poids allant de 450 à plus de 800 kilos. De ce fait, l’estimation des besoins pour les chamelons va dépendre du poids adulte afin de suivre la croissance, d’un point de vue nutritionnel et de santé.

 

Le poids à la naissance est un bon repère mais il est nécessaire de mettre quelques bémols car il dépend de :

 

  • l’héritage génétique : ce qui nous arrange pour subodorer le poids adulte du chamelon ;

 

  • la période de la gestation : certaines périodes de l’année sont plus propices à la prise du poids du chamelon au stade fœtal et donc un poids de naissance plus important. Il faut rester prudent, une prise de poids anormale à ce stade peut entraîner un blocage lors de la mise bas surtout sur la fin de la gestation ;

 

  • le nombre de gestations de la mère. De la première à la 5ème gestation, le poids des chamelons augmente sans doute du fait que l’espace pour le fœtus s’élargit et donc permet un développement plus important du nouveau-né.

 

La courbe de croissance théorique peut être estimée ainsi que les besoins en termes d’énergie et de protéines mais en matière de minéraux des chiffres plus précis sont nécessaires.

 

Le pourcentage d’absorption des micros et macros-éléments pour assurer les besoins de croissance sont :

 

Minéraux

Na

K

Ca

P

Mg

Fe

Zn

Mn

Cu

% absorption apparente

21,27

73,93

31,17

44,78

28,04

28,82

-20,45

1,20

34,65

 

Le chiffre de -20,45 % d’absorption apparente du zinc montre bien que les besoins en zinc sont très largement couverts. En effet, pour rappel, lors des excès de zinc, les entérocytes produisent des molécules complexantes  pour stocker ce zinc en surplus.

 

Lors de la mort de ces entérocytes, le zinc est éliminé dans les selles d’où cette absorption apparente négative.

 

Puisque l’on parle de minéraux, il me faut citer  les principales causes de mortalité dans nos régions des chamelons :

 

  • les températures basses en hiver ;

 

  • le faible taux de sélénium dans les sols et les fourrages. On estime que les besoins adulte sont de 2 à 4 mg de sélénium ;

 

  • le parasitisme.

 

Nous allons rester sur les carences en sélénium puisque c’est la principale cause nutritionnelle de mortalité précoce du chamelon.

 

La carence en sélénium impacte sur plusieurs systèmes :

 

  • la protection anti-oxydante des globules rouges entre autres ;

 

  • le fonctionnement et la protection musculaire ;

 

  • le fonctionnement enzymatique hépatique.

 

Les chamelons carencés en sélénium meurent du fait de lésions dégénératives cardiaques du fait de la destruction musculaire qui touche tous les muscles, y compris le cœur.

 

Bonne journée.

 

François Kaeffer

Ca c'est la caisse. Le chamelon que tu veux est dedans. ;) Image du Web

Ca c'est la caisse. Le chamelon que tu veux est dedans. ;) Image du Web

Publié dans Alimentation, Elevage