Respiration et analyse de sang : LDH, Gaz et pH

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

Que ce soit dans un but sportif, de maladie dont l’emphysème ou d’orientation dans l’hypothèse d’un trouble respiratoire, il faut bien connaître le fonctionnement pulmonaire.

 

Estimer les problèmes respiratoires et leur origine est loin d’être aisé. En effet, le poumon possède peu de marqueurs sanguins mais il va, de par son activité, impacter sur nombre de paramètres du sang :

 

LDH (lactate déshydrogénase)

 

Le poumon possède une variété d’enzymes aussi importante que le foie mais la quantité n’est pas au rendez-vous. Ce paramètre est le seul variant suffisamment pour que l’on suspecte un problème pulmonaire bien qu’il existe d’autres raisons pour que l’on obtienne une montée de LDH (cœur, pancréas).

 

Gaz du sang (O2, CO2)

 

On les dose au niveau artériel puisque c’est le seul endroit où l’on peut fixer des normes sinon, selon l’activité physique, l’entraînement… nous aurons des variations trop importantes au niveau du système veineux pour que l’analyse soit valable.

 

La respiration est commandée majoritairement par la pression en CO2 dans le sang. La plus petite variation influence très fortement la vitesse de respiration et le volume d’air transitant dans les poumons.

 

Une montée du CO2 est un signe soit d’insuffisance respiratoire soit d’une acidose (vérifier le pH sanguin et le potassium s’avère primordial).

 

Une baisse du CO2 est le signe soit d’une hyperventilation (avec une augmentation du rythme respiratoire) soit fait suspecter une alcalose métabolique (rythme respiratoire bas) ou mixte (rythme respiratoire normal ou supérieur). Dans les deux cas, la suspicion de l’alcalose doit conduire à l’appel au vétérinaire.

 

PH sanguin

 

Les protons (H+) acides sont éliminés à l’aide de l’anhydrase carbonique, une enzyme permettant la conversion du bicarbonate (HCO32-) en CO2 + H2O en présence de protons. Le CO2 est ensuite éliminé par voie respiratoire normalement.

 

C’est l’une des deux méthodes pour éliminer l’acidité sanguine, la seconde étant le rein. En cas d’insuffisance respiratoire, le pH sanguin va diminuer et le rein se retrouvera seul pour limiter l’impact des protons sur les transporteurs plasmatiques, la stabilité des protéines et l’élimination du potassium.

 

La particularité du système respiratoire est qu’il est stimulé par le dioxyde de carbone. Cela signifie qu’une acidose, qu’elle soit d’origine respiratoire (acidose liée à un trouble de la voie respiratoire : insuffisance, obstruction…) ou métabolique (toxique, déchets acides de l’organisme, exercice…), va provoquer une libération brutale de dioxyde de carbone par l’anhydrase carbonique dans le but de tenter d’augmenter le rythme respiratoire.

 

Il peut arriver que dans les cas où l’acidose importante se prolonge trop longtemps (plus de 10 heures), le système respiratoire se fatigue et le rythme respiratoire s’effondre.

 

Dans un prochain article, les protéines de l’inflammation.

 

A bientôt.

 

François Kaeffer

Difficultés à respirer sur un poney âgé. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Difficultés à respirer sur un poney âgé. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Publié dans Physio-pathologie, Analyses