Chevaux emphysémateux /MOVRP : améliorer la qualité hygiénique du foin

Publié le par Alpha et Oméga

 

Le foin même le mieux fané et le mieux conservé contient un certain nombre de bactéries et de champignons. Si le fanage n’a pas été fait dans des conditions optimales, que le foin a été rentré légèrement trop humide, la quantité de ces contaminants peut augmenter de façon extrêmement importante.

 

Même si tous les chevaux sont sensibles à la qualité du foin, certains le sont encore plus que d’autres et notamment ceux qui sont atteints de MOVRP (maladie obstructive des voies respiratoires profondes) encore appelé Emphysème respiratoire chronique.

 

Cette maladie est liée à la présence de poussières dans le foin, qui joue le rôle d’irritant ce qui peut suffire à déclencher une crise chez un cheval déjà atteint. Mais, dans sa phase initiale, la sensibilisation du cheval se fait aussi du fait de moisissures banales présentes notamment dans le foin.

 

Pour ces chevaux, il est souvent proposer de tremper le foin pour diminuer la « poussière ». D'autre part, il est apparu sur le marché des « purificateurs de foin » ou "Steamer" qui injectent au sein du foin de la vapeur.

 

Une étude récente a comparé les résultats en terme de bactéries et de moisissures présentes sur le foin de ces différents traitements : trempage 9 heures dans une eau à 16 °et passage au purificateur pendant 40 minutes.

 

Le graphique suivant en montre les résultats :

 

D'après Meriel et al, 2014. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

D'après Meriel et al, 2014. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

 

Si on affecte un indice 100 au foin de base, le passage dans le purificateur de foin permet bien de ramener à des chiffres très faibles la contamination que ce soit en bactéries ou en moisissures. Grosso modo, on divise par 100 l’importance de cette contamination.

 

Par contre, le trempage pendant 9 heures, s’il divise par 3 le nombre de champignons, multiplie par plus de 3 le nombre de bactéries ce qui représente un danger potentiel pour la santé du cheval. Le dénombrement des bactéries dans le « jus » de trempage, met en évidence que des bactéries du foin peuvent passer dans l’eau et là y trouver un milieu extrêmement favorable à une prolifération intense. Ce résultat est d’ailleurs cohérent avec celui d’une autre étude où le temps de trempage était de 10 minutes et où le nombre de bactéries présentes a été multiplié d’un facteur 1,5.

 

Il paraît évident que si on est en été et que la température est plus élevée, la prolifération bactérienne sera plus rapide.

 

L’effet désinfectant du purificateur de foin est dû à une température d’au moins 90 ° pendant au moins 10 minutes en tous points. Si on a un appareil défectueux, qui n’est pas étanche ou dont la vapeur n’est pas injectée dans le foin ce qui est souvent le cas avec un matériel bricolé, le risque est de ne pas pouvoir atteindre cette température en tous points ou de ne pas pouvoir la tenir pendant 10 minutes.

 

En ce cas, les résultats obtenus sont proches de ceux d’un foin trempé.

 

Catherine Kaeffer

 

http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0114079

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :