Du plus sensible au plus résistant

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

 

Commencez par le plus fragile, le plus faible et terminez par le plus fort. Un principe de base que l'on devrait tous appliquer sans réfléchir.

 

Dire bonjour aux nouveaux-nés puis aux jeunes animaux et terminer par les adultes.

Soigner l'animal en bonne santé, se diriger vers les bobos et terminer par l'animal malade.

 

Quand on organise un espace pour les animaux, il est important de respecter ce sens et de ne pas être obligé de faire des allers-retours ou de passer par les animaux « résistants » pour aller voir les « sensibles ».

 

Car si on pense parfois à isoler la mère et le jeune, l'animal faible ou celui qui est malade. On oublie souvent que cet isolement a surtout pour objectif de protéger les animaux sains ou les plus faibles d'une contamination.

 

Quand nous entrons dans une structure, nous devenons des vecteurs potentiels de pathogènes. Nos habits et nos mains peuvent véhiculer les germes.

 

Du moins contaminé au plus contaminé, commencez par ceux qu'il faut protéger et finissez par ceux qui en ont moins besoin. Ne faites jamais demi-tour. Terminez votre trajet en vous lavant les mains et éventuellement en changeant vos vêtements, vous gagnerez ainsi en sécurité pour vos animaux.

 

Bien sûr, cette mesure est inapplicable sur un unique troupeau... mais les germes n'ont alors pas besoin de vous pour aller d'un animal à l'autre.

 

Ecurie. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Ecurie. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Publié dans Physio-pathologie