Huile de neem, usages et effets secondaires

Publié le par Catherine, Francois et Anne

 

 

L’huile de neem peut être obtenue à partir de plusieurs espèces différentes. Elle peut être extraite des feuilles, des graines ou de l’écorce. Présentée pure, sous la forme d’huile ou de poudre, elle peut aussi être mélangée avec d’autres produits ou des excipients.

 

Traditionnellement utilisée, en médecine humaine, dans certains pays, comme anti-bactérien, anti-fongique, anti-parasitaires externe et interne, elle a fait récemment l’objet d’études quant à sa toxicité et son efficacité. Elle est présente dans de nombreux insecticides commerciaux.

 

Son usage chez les animaux a mis en évidence des résultats intéressants.

 

L'huile de neem issue d'azadirachta indica a des propriétés acaricide et insecticide. Elle est efficace sur beaucoup de parasites différents à doses réduites.

 

Ses actions diverses font que les parasites n'ont pas encore développé de résistance. L'huile de neem influence, selon les espèces, leur capacité à se nourrir, à se reproduire ou à grandir. L'impact n'est donc pas uniquement individuel et influence l'évolution de la population parasitaire dans son ensemble.

 

Il est toutefois important de souligner que l'huile de neem n'est pas toujours répulsive. Elle attire même certains parasites (insectes ou acariens). Et qu'elle ne protège donc pas toujours des « morsures » ou « piqûres », ce qui la rend parfois inefficace dans la lutte contre les maladies vectorielles ou liées à une allergie à la piqûre.

 

Concernant les culicoïdes, l'huile de neem a une action répulsive à faible dose.

 

La lutte contre certaines espèces (les mouches par exemple) ne nécessitent qu'une application tous les 4 à 8 jours sur l'animal. Par contre, la lutte contre les tiques nécessite une application quotidienne pendant plusieurs jours pour obtenir un effet visible. Cette application ne semble pas empêcher l'installation des tiques car il faut un contact direct avec le produit pour obtenir l'effet souhaité.

 

Côté environnement, l'huile de neem aurait peu d'impact sur les insectes non ciblés (les abeilles par exemple) et ne persisterait pas dans le corps des insectes et acariens, laissant la possibilité à ceux-ci d'être mangés par d'autres animaux sans risque. Un impact sur la faune aquatique, notamment les insectes aquatiques, est signalé en cas de rejet important dans les eaux.

 

L'huile de neem n'est pas considérée comme toxique pour les mammifères ou les humains. Les doses létales sont telles qu'elles ne pourront être utilisées en pratique, cette huile reste donc sûre d'utilisation.

 

Les cas d'intoxications non mortels sont rares dans la plupart des espèces de mammifères. Seul le chat semble sensible à l'huile de neem. On redoublera donc de prudence chez cette espèce.

 

Des cas d'intoxications graves ont été recensés chez les oiseaux. L'usage de l'huile de neem est donc déconseillé, d'autant que l'huile de neem aurait une action répulsive vis-à-vis d'eux.

 

Les symptômes en cas d'intoxication sont essentiellement neurologiques : tremblements, malaises, ataxie… Il n'existe pas de traitement spécifique en cas d'intoxication.

 

Des cas d'intoxications graves chez les mammifères ont été relevés après ingestion ou contact avec de l'huile de neem. Ces cas ont été reliés à une huile obtenue avec des graines et des feuilles mal conservées. Il semble en effet que la conservation avant transformation soit sujette au développement de moisissure de type aspergillus. Ces moisissures après transformation laissent une toxine dans le produit, ce qui le rend toxique. Veillez donc à la qualité de l'huile de neem achetée.

 

Les composants de l'huile de neem ne s'accumulent pas dans l'organisme. Une utilisation sur le long terme ne semble donc pas poser de problèmes particuliers.

 

Néanmoins, l'huile de neem ingérée a une action sur le foie, les reins et les testicules. On veillera donc à ne pas utiliser cette huile sur un mâle reproducteur ou sur des animaux au foie ou aux reins faibles. L'usage en quantités modérées en externe, sans que l'animal puisse se lécher, reste possible pour ces animaux.

 

Cheval endormi et mouches. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Cheval endormi et mouches. Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Publié dans Naturopathie