Nouvel équidé : faut-il vermifuger ?

Publié le par Alpha et Oméga

 

 

En matière d'usage des vermifuges, on entend de tout... et souvent des « prêts à penser ».

 

Essayons de raisonner une situation que nous avons tous connu, l'arrivée d'un nouvel équidé.

 

Que vous le connaissiez ou non, le principe est le même. D'un côté, vous avez un troupeau bien établit qui est stabilisé et qui va apparemment bien. De l'autre, vous avez un nouvel arrivant qui semble aller bien ou qui ne semble pas aller bien.

 

La question du vermifuge pourrait se résumer ainsi : Qui ? Quand ? Avec quoi ?

 

Et la réponse dépend de nombreux facteurs.

 

Qui vermifuger ?

 

Le nouvel arrivant ne sera pas forcément celui qu'il faudra vermifuger. En effet, tout dépend qui l'on souhaite protéger mais aussi qui est le plus infesté.

 

Quand on conseille de traiter le nouvel arrivant, on suppose que non seulement celui-ci est plus infesté mais aussi qu'il n'est pas celui que l'on protège.

 

En effet, le vermifuge (naturel ou chimique) va créer un vide en chassant tous les parasites ciblés. Ce vide sera rapidement comblé par d'autres organismes, parasites ou non.

 

Donner un vermifuge au nouvel arrivant puis l'intégrer au troupeau, c'est l'exposer à tous les parasites du troupeau.

 

Si le troupeau est peu infesté, le nouvel arrivant y gagne. Le troupeau également car il ne sera pas contaminé par le nouveau venu.

 

Si le troupeau est très infesté (ou infesté avec des parasites plus résistants), le nouvel arrivant se retrouve avec une population parasitaire inconnue, en grand nombre, alors qu'il est déjà fragilisé par une intervention récente (et éventuellement, le transport, le stress...). Il devient un hôte idéal pour les parasites et peut provoquer une augmentation de la population parasitaire, ce qui est aussi néfaste pour le troupeau.

 

Dans le cas d'un troupeau très parasité, il est donc souvent de l'intérêt de tous, de vermifuger le troupeau et/ou le nouvel arrivant en fonction de sa propre fragilité.

 

Mais attention, un vermifuge ne sert à rien si les équidés sont sur une pâture sur-infestée.

 

Ce qui nous amène à nous poser la question de quand il faut vermifuger le nouvel arrivant et/ou le troupeau.

 

Quand donner le vermifuge ?

 

Donner un vermifuge, cela ne s'improvise pas. Prenez le temps d'envisager les suites de ce vermifuge.

 

Si vous avez décidé de vermifuger le nouvel arrivant. Vous pouvez le faire avant le départ ou à l'arrivée.

 

Le vermifuge avant départ, s'il est fait trop en avance, ne va pas changer les parasites présents dans l'équidé. L'environnement étant contaminé, l'équidé se recontaminera avant le départ.

 

Si le vermifuge est fait juste avant le départ (dans les 48h qui précèdent), l'équidé sera encore sain lors de celui-ci mais cela rajoute un stress supplémentaire.

 

Si le vermifuge ne peut se faire qu'après le départ, il devra avoir lieu dans un espace de quarantaine. Cet espace ne peut pas être un paddock ou un pré (les parasites ne connaissent pas les clôtures et contamineront rapidement tous les environs). Il faudra évacuer les crottins pendant 48h pour éviter toute contamination.

 

Si c'est le troupeau qui est vermifugé, il est important de prévoir le changement de pâture entre 24 et 48 h après le vermifuge (idéalement les crottins doivent être ramassés et détruits durant cette période). L'arrivée du nouveau venu pourra alors se faire dans la semaine qui suit le changement de pâture, l'idéal étant de le faire rapidement pour éviter que la population parasitaire n'ait le temps de se réinstaller.

 

Vous savez maintenant qui et quand vermifuger ? Mais avec quel produit allez-vous le faire ?

 

Anne Anta

Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Tous droits réservés. Techniques d'élevage

Publié dans Vermifuge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :