Reprise d'activité en fonction de la prise de sang précédente (3)

Publié le par Alpha et Omega

 

Le passage en voie anaérobie est problématique dans le sens où la production d’acides organiques dont l’acide lactique est importante et donc un rythme cardiaque soutenu ainsi qu’une forte respiration qui fatigue l’organisme et une lyse musculaire supplémentaire pas vraiment la bienvenue.

 

Le manque d’oxygène peut provenir de :

 

  • La diminution de l’hémoglobine dans le sang (anémie).

 

  • La diminution des globules rouges.

 

  • Une surconsommation d’oxygène avec un exercice intense.

 

  • Un défaut respiratoire à cause d’une pathologie (emphysème par exemple), d’une libération d’acides organiques ainsi que de potassium (lyse musculaire, hémolyse…) que l’on peut voir avec :
    • La créatine kinase dans le cas de lyse musculaire.
    • Les transaminases (ASAT, ALAT) avec le foie (en grande majorité) si l’on est à plus de 2 fois la valeur maximale normale.
    • La bilirubine (totale et conjuguée) avec les hémolyses.
    • le pH sanguin et le potassium dans le sang.

 

Ces paramètres insistent sur la nécessité de diminuer l’intensité de l’exercice quitte à faire 10 mètres aller-10 mètres retour une ou deux fois par jour.

 

Il faut bien se dire que lors d’une réalimentation adaptée, le temps nécessaire pour éliminer les toxines produites par les lyses est entre 1 et 2 semaines…

 

De toute manière, lorsque le cheval est allé loin dans la perte de capacités physiques et d’état, il faut plusieurs mois (on compte entre 6 mois et 1 an) pour récupérer ses pleines capacités pour le loisir et entre 1 an et demi et 2 ans pour un travail de compétition en régional.

 

Comme on dit : « Patience est mère de vertu ».

 

Bonne journée.

François Kaeffer

Cheval à l'abord. Technique d'élevage. Tous droits réservés

Cheval à l'abord. Technique d'élevage. Tous droits réservés

Publié dans Physio-pathologie, Analyses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :