Reprise d'activité en fonction de la prise de sang précédente (4)

Publié le par Alpha et Omega

 

Bien, nous nous sommes bornés aux muscles mais il n’y a pas que les muscles pour faire fonctionner la machine : les os et les tendons sont particulièrement importants pour le travail de saut, d’attelage et de course. Nous ne les négligerons donc pas plus longtemps.

 

Il est évident que l’on ne peut mesurer l’état des tendons et des os en utilisant seulement une analyse de sang mais nous avons quelques indices et avec un minimum de bon sens, nous pouvons estimer les limites à ne pas franchir pour la reprise d’activité physique.

 

Pour les os, les phosphatases alcalines peuvent être un bon indicateur. Le seul autre producteur étant le foie dans les cas d’une cholestase, nous verrons donc aussi les Gamma GT augmenter de plus de 3 fois la valeur maximale normale. Sinon, si seules les phosphatases alcalines sont augmentées, alors ce sont les os qui souffrent.

 

La méfiance est de rigueur, les os fragilisés mettent plusieurs années avec une bonne alimentation pour récupérer presque entièrement. Les efforts particulièrement impactants sont à éviter dans le cadre d’un système osseux suspecté d’être défaillant. Par contre, les efforts ne sont pas à proscrire, tout effort sur les os par la contraction musculaire et quelques chocs assez faibles améliorent considérablement la récupération osseuse.

 

Un petit bémol, en cas de carences minérales (cuivre et zinc en particulier) dans les premiers stades de croissance, les articulations montreront des signes de faiblesse (arthrose, arthrite) plus tôt dans leur vie.

 

Pour les tendons, non seulement les carences en zinc sont à prendre en compte mais aussi les efforts et la durée de ceux-ci :

 

  • En effet, la carence en sélénium provoque chez des races de chevaux possédant une masse musculaire importante des contractures longues et handicapantes. Ces contractures prolongées induit des efforts longs et parfois très intenses sur les tendons en particulier des jambes.

 

  • La croissance avec des animaux avec un potentiel de croissance important. Les os grandissent trop vite et peuvent induire des ruptures du tendon.

 

Il est évident que ces efforts combinés à des carences rendent le tendon sujet à des cassures. Il est donc prudent de reprendre l’activité lentement sans étirer (la révérence est à proscrire…) après une détente musculaire de plusieurs jours (4 à 5 voire davantage). L’important dans les exercices est de limiter les efforts sur les tendons de manière à leur laisser le temps de se reconstruire ce qui peut durer plusieurs mois.

 

Prenez garde que les muscles ne reprennent plus vite que les tendons… Il faut savoir être raisonnable pour deux.

 

Bonne journée.

 

François Kaeffer

 

 

Jeune cheval en dressage. Technique d'élevage. Tous droits réservés

Jeune cheval en dressage. Technique d'élevage. Tous droits réservés

Publié dans Physio-pathologie, Analyses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :