Obstruction œsophagienne équine

Publié le par Alpha et Omega

 

 

 

L’obstruction œsophagienne est une affection généralement bénigne, mais elle peut rapidement se compliquer et nécessite l'intervention du vétérinaire. Nous verrons dans cet article comment l'éviter et que faire si on soupçonne une obstruction œsophagienne chez un équidé.

 

L'obstruction œsophagienne se caractérise par la présence de matières qui bouchent plus ou moins complètement l’œsophage.

 

Les symptômes incluent un jetage nasal bilatéral contenant des débris alimentaires, de la toux, des bruits anormaux de déglutition et une salivation excessive. Un comportement anormal est quelque fois noté par les propriétaires : cheval étrangement immobile ou « trop calme », encolure étirée...

 

Dans le cadre d'une obstruction partielle qui dure depuis plusieurs jours, le jetage nasal devient nauséabond et on observe une répercussion sur l'état général : amaigrissement, déshydratation.

 

Dans certains cas d'obstructions partielles, les signes décrits sont relativement discrets. Il convient donc de vérifier l'absence d'obstruction partielle quand le cheval ne reprend pas de poids malgré une ration adaptée et présente régulièrement un jetage bilatéral.

 

L'obstruction œsophagienne est une urgence vétérinaire.

 

En effet, si l'obstruction est généralement bénigne, les complications d'une obstruction peuvent être fatales pour l'équidé.

 

Les principales complications comprennent la rupture de l’œsophage, une altération définitive de celui-ci et la pneumonie par inspiration des liquides ou de morceaux d'aliments.

 

Il ne faut donc pas essayer de faire passer le bouchon seul ou attendre « pour voir ». Votre premier réflexe doit être de contacter un vétérinaire à même d'intervenir rapidement. Il faut également veiller à ce que l'équidé garde son calme et à ce qu'il ne consomme ni eau ni nourriture en attendant le vétérinaire.

 

Une intervention rapide et un traitement efficace permettent en général au vétérinaire de désobstruer l’œsophage. Une chirurgie peut parfois être nécessaire.

 

Dans tous les cas, il est important de connaître la raison de l'obstruction afin de pouvoir la prévenir. Profitez de la présence du vétérinaire pour éliminer les causes anatomiques, tumorales... ou pour prendre rendez-vous pour réaliser ces examens complémentaires par la suite.

 

Les causes possibles d'une obstruction sont :

 

  • l'ingestion d'un corps étranger (fil de clôture, morceau de plastique...),

  • la présence de parasites œsophagiens en grand nombre,

  • une mauvaise dentition (mal entretenue, équidés âgés...),

  • l'ingestion de fourrage grossier, de granulés, de « pellets », de morceaux de pommes ou de carottes peu mastiqués (douleur à la mastication, problèmes nerveux, cheval « glouton »...),

  • la déshydratation,

  • un œsophage déficient (musculature déficiente, blessures internes...),

  • la présence d'un kyste ou d'une tumeur,

  • une mauvaise conformation.

 

Dans le cas d'une obstruction dont la cause resterait indéterminée, on veillera à effectuer un bilan dentaire et à ce que l'apport en eau soit conséquent. Ensuite, il faudra « se pencher » sur la ration pour apporter à l'équidé une alimentation facile à mâcher mais qui ne se « gobe » pas facilement.

 

Enfin, il ne faut pas oublier qu'il faut rester attentif et à l'écoute de son animal. Le propriétaire est le premier à observer et à interpréter. Regardez votre équidé, écoutez sa déglutition, sentez son haleine, cherchez le moindre signe de détresse ou de fatigue... et adaptez ses conditions de vie.

 

Anne Anta

 

Tous droits réservés à Techniques d'élevage

Tous droits réservés à Techniques d'élevage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :