Se passer des vermifuges, c’est possible ?

Publié le par Alpha et Omega

 

Gérer un troupeau d’équidés sans vermifuge, c’est possible ! Cela ne relève ni de la fiction ni d’un optimisme démesuré, mais cela nécessite une gestion rigoureuse et un environnement étudié pour limiter le risque parasitaire.

 

Le vermifuge chimique est un traitement donné en réponse à un déséquilibre important dans la relation entre les parasites et l’équidé (cheval, poney ou âne).

 

Ce déséquilibre se traduit par une explosion du nombre de parasites avec des conséquences délétères pour l’animal. Le vermifuge vient donc stopper et éliminer tous les parasites afin qu’un nouvel équilibre puisse se créer.

 

Si aucun équilibre n’est possible, le vermifuge devient régulièrement indispensable pour maintenir une population parasitaire à un niveau non délétère.

 

Si on souhaite se passer du vermifuge, il faut donc réunir tous les éléments en faveur d’un équilibre.

 

Cet équilibre n’est pas le même partout. Il est variable selon les conditions de vie des équidés mais aussi selon les individus et il faut du temps pour le trouver.

 

Si vous vous engagez vers le « sans vermifuge » vous devez tout d’abord considérer que cela vous demandera du temps et un investissement personnel parfois conséquent pour rendre cette option envisageable. Il est aussi nécessaire d’être propriétaire de l’ensemble des équidés et de l’environnement (locaux, pâtures) ou travailler de concert avec l’ensemble des propriétaires.

 

L’équilibre se trouve entre chaque cheval et les parasites présents.

 

Ces parasites sont essentiellement influencés par l’environnement et le climat. Si on ne peut dicter ses envies aux nuages, l’aménagement des pâtures et des locaux est possible.

 

Les parasites se développent préférentiellement dans les zones humides. Les hautes herbes, le bas des haies ou les abords des points d’eau sont particulièrement appréciés. La pâture sera donc gérée de façon à limiter au maximum l’accès à ces zones : pâtures drainées et entretenues, clôture à distance des haies, systèmes évitant la formation de zones humides autour des abreuvoirs…

 

Un changement régulier de parcelle en respectant les temps nécessaires à la disparition des parasites garantit un développement modeste pour la plupart d’entre eux. Il faudra être particulièrement vigilant pour la période hivernale qui augmente considérablement le temps de disparition théorique.

 

Un ramassage quotidien des crottins permet également de limiter le développement parasitaire.

 

Dans le cadre d’une mise au pré seulement une partie de la journée, on évitera les périodes de « pic parasitaire » à l’aube ou au crépuscule en pâture.

 

Les abris devront être régulièrement nettoyés et désinfectés.

 

Le troupeau d’équidé devra être stable, chaque nouvel équidé pouvant bouleverser l’équilibre créé avec des conséquences sur l’ensemble du troupeau.

 

La gestion du troupeau devra favoriser une mise en contact progressive entre les parasites et les animaux. Il faudra être particulièrement vigilant au printemps et si le cheval a été longtemps en box ou dans un abri fermé. Dans ces périodes où l’équilibre n’est pas encore stabilisé, un apport de vermifuges naturels peut être bénéfique. Cet emploi ne devra pas excéder le temps nécessaire à l’adaptation de l’équidé pour ne pas influencer durablement l’équilibre, ce qui obligerait à un usage permanent délétère à long terme.

 

Il est préférable de retirer tout équidé malade ou avec un système immunitaire affaibli des pâtures pour éviter que les parasites n’en profitent pour se multiplier et infester l’ensemble du troupeau. Pour ces cas particuliers, le « sans vermifuge » n’est pas conseillé.

 

La surveillance par analyse coprologique est utile pour guider le propriétaire et l’aider à acquérir une vision claire des équilibres entre les parasites et chaque individu en fonction de l’environnement et du contexte. Dans ces analyses, on ne recherchera pas un idéal de « zéro parasites dans les crottins » mais un outil objectif pour analyser la situation.

 

Anne Anta

Crottin en pâture. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Crottin en pâture. Techniques d'élevage. Tous droits réservés