Comment choisir un bouchon de foin pour un cheval qui a des problèmes dentaires

Publié le par Alpha et Omega

Dans un précédent article, nous avons vu quels pouvaient être les critères de choix d’un foin lorsqu’on avait un cheval aux tables dentaires arasées ou avec des dents absentes.

Mais lorsque l’état dentaire est très dégradé ou que pour une raison ou une autre, le cheval ne peut plus mastiquer (pathologie, intervention chirurgicale au niveau de la mâchoire…), il faut absolument maintenir un apport de fourrage pour éviter les coliques et les problèmes digestifs potentiellement graves.

On a donc alors recours à un catégorie de produits commercialisés par différentes marques qui sont en fait du foin en bouchon.

Il convient avant de les acheter en quantité de s’assurer que dans cette utilisation particulière, le produit répondra bien à l’objectif de nourrir le cheval.

En effet, un certain nombre de produits de ce type sont conçus pour amener un cheval à mastiquer davantage notamment lorsqu’il a une ration très riche en aliment concentré. Cela participe à une bonne insalivation, une production importante de salive, un ralentissement de l’ingestion…

Pour ce faire, on a tendance à avoir dans ces produits des bouchons plutôt durs, des fibres plutôt longues et assez rigides, riches en cellulose.

Mais dans le cas du cheval sans dents, cela ne fait pas notre affaire. Il est donc conseillé de prendre un échantillon et de vérifier un certain nombre de critères :

Le produit présenté sera forcément assez dur à sec. Cependant il doit présenter suffisamment de « fissures » pour que l’eau puisse y rentrer aisément.

Bouchon présentant des fissures qui le rendent plus mouillable. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Bouchon présentant des fissures qui le rendent plus mouillable. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Il est important de tester la quantité d’eau et le temps nécessaire à ce que le produit devienne bien mou. En effet, autant certains chevaux acceptent de manger quasi en soupe, autant d’autres n’apprécient pas et souhaitent une nourriture molle mais relativement peu mouillée. La mouillabilité du produit est donc importante mais il ne doit pas être trop hygroscopique.

Produit délité dans très peu d'eau. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Produit délité dans très peu d'eau. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Enfin, une fois le produit délité, il faut qu’il soit comparable à ce qu’un cheval normal fait avec ses dents. Les particules obtenues ne doivent donc pas être très supérieures à 2 mm.

Estimation de la taille des particules obtenues. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Estimation de la taille des particules obtenues. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

A noter qu’en sus se posent bien sûr les problèmes d’équilibrage de la ration comme de toute ration.

Et puis, il ne faut pas oublier non plus que ces produits limitent le temps de mastication et la production de salive d’autant qu’ils sont souvent donnés mouillés dans ce cas. Il convient donc de laisser au cheval la disposition de foin fin qu’il pourra mâcher. Même si les quantités réellement ingérées sont faibles voire quasi nulles et que le cheval recrache tout sous forme de boulettes, cela lui permettra d’avoir une production de salive et une occupation suffisante.

Catherine Kaeffer