Dressage involontaire par confort / inconfort. 1. Principe

Publié le par Alpha et Omega

Parmi les différentes méthodes de dressage du cheval, un certain nombre sont basées sur une notion de confort / inconfort.

L’idée est que le comportement désiré doit générer du confort pour le cheval. Par contre, en adoptant un autre comportement, non désiré celui-là, le cheval se place lui-même dans une situation moins confortable voire carrément inconfortable pour lui.

Il en vient petit à petit « spontanément » à choisir plus souvent le comportement qui lui est le plus confortable et à délaisser petit à petit les comportements non souhaités  qui génèrent un inconfort.

Ce sont des méthodes qui prouvent tous les jours leur efficacité. Les applications sont très nombreuses et diversifiées.

Mais parmi les cas de figure souvent présentés, on trouve ceux qui reposent sur l’idée que le cheval est feignant et qu’il préférera toujours rester immobile tant qu’il le peut.

C’est la base de nombreuses méthodes de désensibilisation. On amène l’objet du stress avec une intensité juste inférieure à celle nécessaire pour faire bouger le cheval. Il supporte donc sans réagir le stimulus car l’inconfort de bouger est légèrement supérieur à l’inconfort lié à l’inquiétude somme toute faible provoquée par la situation.

Comme petit à petit, le cheval se rassure, on peut augmenter le stimulus sans qu’il bouge.

On est donc bien pour le cheval dans un « rapport bénéfice/risque ». Le bénéfice est de ne pas se fatiguer. Le risque est le stimulus. Tant que le bénéfice est légèrement supérieur au risque, le cheval choisit de rester immobile.

Supposons maintenant un cheval qui a du mal à se déplacer pour une raison ou une autre (problème de pieds, arthrose, PSSM, fatigabilité, carence, épuisement…). Le bénéfice de ne pas bouger est alors très important. Il amène donc le cheval à supporter un stimulus même si celui-ci génère un stress notable car le rapport bénéfice / risque reste positif.

Dans un prochain article nous verrons des cas particuliers où peut se produire un apprentissage par bénéfice / risque dont le cavalier n’aura pas conscience et qui parfois se révélera non souhaitable et difficilement réversible entraînant des difficultés sur le long terme.

Catherine Kaeffer

Poneys au travail. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Poneys au travail. Techniques d'élevage. Tous droits réservés