Syndrome naviculaire : le gérer au quotidien

Publié le par Anne Anta. Alpha et Omega

 

Un cheval ou un poney avec un syndrome naviculaire, c'est chaque jour, qu'il faudra le lui faire oublier.

Pour un cheval ou un poney qui souffre de la zone de la zone naviculaire (voir cet article pour plus de détails), le repos n'est pas une solution.

Le repos et l'immobilité sont l'ennemi qu'il faudra combattre. La douleur provoquée par le syndrome pousse les chevaux à compter leurs pas, à prendre des positions antalgiques délétères, à se déformer les sabots... et à s'enfoncer chaque jour un peu plus dans leur souffrance. La dépression des chevaux laissés au pré suite à un naviculaire n'est pas une légende.

Le naviculaire se soigne par le mouvement doux et régulier de l'articulation. Le pas est l'allure à privilégier et à maintenir aussi longtemps que nécessaire. L'échauffement long fera office de préambule à un travail souple, raisonné mais bien présent. Ce travail est nécessaire au maintien de l'articulation et peut amener un cheval à guérir.

En dehors de ces mesures hygiéniques qui devront devenir quotidiennes, on pourra vous proposer ferrure ou parage selon vos convictions. Chaque maréchal ou pareur a sa méthode. Le soulagement à court terme est généralement obtenu. La guérison reste aléatoire et dépend davantage du travail réalisé par le propriétaire.

L'alimentation devra se concevoir « au plus juste » pour éliminer tout poids superflu, tout en maintenant une musculature au top et un apport minéral et vitaminique à la hauteur de la reconstruction en cours.

Votre vétérinaire sera également un précieux allié dans la bataille contre le naviculaire. Il pourra vous prescrire des anti-inflammatoires ou des vasodilatateurs qui amélioreront l'état du sabot et soulageront, au moins temporairement, l'équidé. Avec son accord, vous pourrez ajouter des compléments naturels destinés à favoriser la remise en forme de votre équidé.

Enfin, veillez au moral de votre équidé. Organisez-lui des moments qu'il aime, maintenez des contacts avec les congénères, faites des balades, rendez-lui souvent visite...

La naviculaire est une maladie qui se gère au quotidien et dont l'équidé peut guérir à condition de garder le moral et de travailler régulièrement.

Anne Anta

Concours de cross - Tous droits réservés à Techniques d'élevage

Concours de cross - Tous droits réservés à Techniques d'élevage