Comportement des équidés : un an pour oublier

Publié le par Anne Anta. Alpha et Omega

Face à la détresse équine, de plus en plus de personnes conseillent de laisser le cheval au pré une année en espérant une amélioration. Bonne ou mauvaise idée ? Quelles précautions prendre ? On fait le point.

Traumatisme, débourrage ou travail inadapté, maltraitance… la détresse équine peut avoir de multiples causes. Son expression, bien que dépendante des individus, se traduit par un rejet de l’humain ou des méthodes utilisées. On rencontre ainsi des chevaux, des poneys ou des ânes, déprimés, agressifs ou peureux suite à une intervention humaine inappropriée.

Il est alors logique de penser que si l’humain a été responsable du malaise, l’animal retrouvera une forme de bien être en son absence. Une « bonne base » sur laquelle il serait possible de repartir.

Et pourtant, ce n’est pas toujours ce que l’on observe.

En effet, ce raisonnement a pour principe que l’animal pourra se remettre spontanément du traumatisme psychologique. Or, l’impact psychologique de conditions néfastes sur l’équidé est complexe. Il n’est pas rare de rencontrer des équidés maltraités incapables de sortir de leur détresse et d’avoir des contacts normaux avec leurs congénères. Les raisons de cette incapacité sont parfois attribuables à un manque de sociabilisation mais parfois également à un repli de l’équidé sur lui-même. L’humain est alors paradoxalement souvent mieux placé que les congénères pour aider l’équidé à modifier son comportement.

Laisser l’équidé au pré en troupeau est parfois considéré comme bénéfique car celui-ci oublierait son passé. Néanmoins, il a été observé que le temps laissé au cheval amplifie les réactions de défense ou de peur au moment de la reprise des contacts avec les humains.

Avant de laisser un équidé « vivre une vie normale d’équidé », il est donc important de s’assurer que celui-ci pourra effectivement se remettre mentalement de son passé. Il s’agit également de ne pas confondre repos et abandon : des contacts réguliers sont nécessaires et devront être maintenus si on espère retrouver une relation sereine avec l’équidé.

Anne Anta

Amékiorer comprenez, testez votre relation. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Amékiorer comprenez, testez votre relation. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Pour commander l'ensemble de nos publications , utilisez notre bon de commande