De l’équilibre de l’intestin : l’acidité (Partie 1)

Publié le par François Kaeffer. Alpha et Omega

Le maintien de l’équilibre est une activité à plein temps dans un organisme vivant constamment en changement.

Parmi les grands équilibres, nous avons l’équilibre acide-base et en particulier au niveau des bactéries intestinales.

Les acides ne manquent pas et une acidité excessive est délétère pour la survie de nombreuses bactéries. Il nous faut donc comprendre quel type de ration peut potentiellement poser problème.

Les molécules susceptibles de changer ce pH sont

  • Les acides gras volatils
  • Le lactate

Maintenant, en quelle proportion ?

Le pKa est un indicateur de la mesure de la force d’un acide. Plus le pKa est faible plus l’acide est fort. Voici un tableau concernant le pKa par molécule :

Catégories

Noms

pKa

à 25°C

Acides Gras Volatils

Acétate

4,76

Propionate

4,88

Butyrate

4,82

Acides Organiques

Lactate

3,90

 

 

 


Nous pouvons constater que quel que soit l’acide gras volatil, le pKa tient dans une fourchette de 0.1. Par contre, la différence entre le pKa du lactate et de l’acétate de 0,9 indique que le lactate va davantage impacter le pH intestinal que n’importe quel acide gras.

La gestion de cet acide s’effectue de deux grandes façons :

  • Le lactate peut être pris en charge par les bactéries utilisant le lactate : Veillonella parvula, Propionibacterium sp., Selenomonas sp., etc… La production d’acides gras volatils par ces bactéries limite la descente du pH.
  • Le lactate est absorbable en faible quantité par le cheval. D’où les cas d’acidose sanguine qui peuvent survenir lors d’un excès de production.

Toute la difficulté est de savoir comment l’alimentation peut augmenter la production… Mais ça, c’est un autre article !

Bonne journée.

François Kaeffer

L'indigestible se retrouve dans les crottins. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

L'indigestible se retrouve dans les crottins. Techniques d'élevage. Tous droits réservés