Des minéraux pour les bactéries : le phosphore

Publié le par François Kaeffer. Alpha et Omega

Le phosphore est un indispensable pour les bactéries intestinales et on le retrouve sous forme de phosphore classique (phosphate…) et de phosphore phytique (digestible par les phosphatases bactériennes).

On retrouve son intérêt sur plusieurs plans :

  • La pression osmotique : le phosphore sous forme de phosphate aide au maintien d’une pression osmotique normale. Lors d’un dérèglement à ce niveau, le risque est soit un excès d’eau dans les bactéries avec, dans les cas extrêmes, l’éclatement de la bactérie. Soit une carence avec, dans les cas extrêmes, l’implosion de la bactérie.
     
  • La constitution des composants cellulaires que ce soit :
    • Le ribosome : il sert à la traduction de l’ARN messager en protéines. Sans lui, la production enzymatique, la reconstitution protéique de la bactérie… sont compromises.
       
    • Le matériel situé dans le noyau : ADN et ARN avec les nucléotides et les désoxyribonucléotides.
       
    • Les membranes avec les phospholipides entre autres.
       
  • Les activités bactériennes qui recoupent la multiplication bactérienne (grâce à sa présence dans le matériel du noyau), la protéosynthèse (grâce à sa présence dans les ribosomes) et l’activité cellulolytique (grâce à l’amélioration de la production de protéines).

Le phosphore peut être incorporé en proportion différente en fonction de la production d’acides gras volatils et de l’intensité de la protéosynthèse. Environ 80 % du phosphore sert pour les acides nucléiques et 10 % pour les phospholipides. Pour les 10 % qui restent, il sert, entre autres choses, comme anti-acide intracellulaire.

Bonne journée.

François Kaeffer

Découvrez le poster Les minéraux chez le cheval réalisé par TE : métabolisme, excès, carences…
Pour commander l'ensemble de nos publications, utilisez notre bon de commande

Cheval. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Cheval. Techniques d'élevage. Tous droits réservés