La nutrition et le métabolisme du point de vue du cancer (Partie 1)

Publié le par Alpha et Omega

La cellule cancéreuse fait partie d’une catégorie particulière de par ses caractéristiques génétiques, physiologiques et métaboliques.

En premier lieu, un petit rappel génétique : l’ADN est sollicité pour produire des ARN. Si l’ADN est le négatif alors l’ARN est la photo. Mais même si le négatif est bon, la photo peut avoir des ratés d’où des fonctions altérées. Cependant, les conséquences sont moins graves.

Maintenant… Rien ne dit que le négatif n’est pas altéré. Il existe plusieurs raisons possibles :

La multiplication cellulaire induit une copie théoriquement conforme pour les deux cellules mais la fragmentation est possible.

En effet, pour obtenir cette double hélice, il faut que les nucléotides A, T, C et G se lient à l’aide de liaisons hydrogènes. A fait deux liaisons faibles avec T et C en fait 3 avec G. Evidemment, rien n’est si simple et il arrive assez régulièrement que les liaisons ne se font pas toujours comme prévu. Il existe des méthodes pour remettre  de l’ordre ou pour détruire la cellule (apoptose) mais ne sont pas infaillibles.

Le stress oxydatif peut endommager l’ADN dans les cas importants d’où l’intérêt de prendre garde, lors d’une alimentation à haute teneur en lipides, à l’apport en vitamine E et sélénium, entre autres.

Toutes les cellules saines possèdent :

des gènes dits oncogènes produisant potentiellement des cancers lors de leur sur-activation ;

des gènes dits anti-oncogènes qui servent à supprimer les tumeurs (exemple de la p53).

Le principe pour obtenir un cancer est d’avoir des mutations dans ces deux groupes de gènes de manière à supprimer les inhibitions.

Physiologiquement, le cancer se caractérise par un potentiel de prolifération non contrôlée par les signaux extracellulaires, rapide et sans limite de temps (immortalisation). Lorsque vous vous faites une plaie par exemple, la cellule normale se multipliera rapidement pour la refermer puis lorsque ce sera fait, la multiplication s’arrêtera. Par ailleurs, elle va petit à petit vieillir et mourir pour laisser la place à d’autres cellules. Ce sont ces mécanismes qui ne sont pas efficients dans la cellule cancéreuse.

Nous verrons les changements métaboliques que la fragmentation de l’ADN apporte dans un autre article.

Bonne journée.

François Kaeffer

Ingrédients d'un aliment pour chevaux. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Ingrédients d'un aliment pour chevaux. Techniques d'élevage. Tous droits réservés