La flore bactérienne intestinale du cheval : 2 lignes de front (Partie 4)

Publié le par François Kaeffer. Alpha et Omega

Enfin, nous arrivons avec un triomphalisme qui frôle l’indécence sur la deuxième catégorie de bactéries de notre seconde ligne : les bactéries utilisant le lactate ( voir articles précédents sur les bactéries cellulolytiques, amylolytiques et méthanogènes)

La production de lactate est essentiellement liée à la fermentation de l’amidon et autres sucres fermentescibles par les bactéries amylolytiques et glycolytiques.

Certes une production peut avoir lieu lors d’une stase avec accumulation de dihydrogène bloquant la régénération du NADH dans les bactéries cellulolytiques. Pour rappel, cela oblige ces bactéries à gérer la régénération du NADH à travers la production de lactate.

Le lactate est métabolisé comme dans le schéma suivant :

Bactéries intestinales du cheval utilisant le lactate. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Bactéries intestinales du cheval utilisant le lactate. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Comme nous pouvons le constater, le lactate conduit à une formation de propanoate et d’acétate pour le cheval.

Le lactate nécessite un temps de métabolisation, d’où, lors d’une transition trop rapide à alimentation riche en céréales, les troubles qui s’en suivent.

Le lactate fait descendre le pH intestinal avec l’apparition de la douleur et engendre une acidose sanguine dangereuse pour le cheval.

Donc (on ne le répétera jamais assez), il est indispensable d’avoir une période de transition lente d’une ration à une autre.

François Kaeffer

Articles de la série :  micro-organismes cellulolytiques, amylolytiquesméthanogènes et utilisant le lactate

Découvrez le poster sur La flore digestive intestinale du cheval réalisé par TE
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance