L’extrait de pépin de pamplemousse comme antibiotique

Publié le par François Kaeffer. Alpha et Omega

Cet extrait commence à se faire connaître dans le milieu du cheval comme antibiotique naturel puissant… Mais d’où cela vient ?

Les principaux composants responsables des nombreuses activités du pamplemousse sont

  • Les flavonoïdes tels que la naringine, isosakuranetine, neohespéridine, hespéridine, dihydrokaempférol, poncirine, quercétine, kaempférol, apigénine rutinoside… lesquels peuvent représenter jusqu’ 14,5% de l’extrait en fonction de la qualité des pépins et le mode d’extraction
     
  • La vitamine C ou acide ascorbique ayant plusieurs activités : antioxydant, formation du collagène, indispensable à de nombreuses réactions d’oxydo-réduction…
     
  • Les autres : acide citrique, polypeptides, acides aminés, tocophérol (vitamine E), sucres et autres composants moins important.

La littérature fourmille de tests et d’observations sur l’activité antimicrobienne de l’extrait de pépin de pamplemousse… Mais le mécanisme reste encore assez flou.

A l'aide de la microscopie électronique, il a été constaté que la bactérie éclatait dans les 15 minutes faisant suite au contact d’où une activité potentiellement perturbatrice de la membrane bactérienne.

Le lien aurait été fait avec la teneur en flavonoïdes… sauf que nous arrivons à une petite, mais néanmoins tenace, difficulté. Les flavonoïdes ne sont pas vraiment reconnus comme ayant cette activité en particulier.

En effet, les flavonoïdes sont connus pour leur activité vitaminique « P » avec :

  • Inhibition de l'histidine décarboxylase qui permet la synthèse d’histamine (molécule que l’on retrouve particulièrement dans la première phase de l’inflammation). Son inactivation engendre un effet antiexsudatif.
     
  • Inhibition de l’élastase détruisant l’élastine : collagène assurant la tonicité des tissus de soutien.
     
  • Inhibition de la hyaluronidase s’attaquant à l’acide hyaluronique assurant l’intégrité de la gaine vasculaire entre autres.
     
  • Inhibition de la catécholO-méthyltransférase (COMT) qui augmente le tonus vasculaire.

Rien de bien net en matière d’impact direct sur les bactéries et virus… Et pourtant, les tests sont nets.

SI on suppose bien que la teneur en flavonoïdes est importante alors la qualité de l’extraction et de la matière première est primordiale. Une bonne façon de savoir, c’est la question de la présence d’ajout en vitamine C ou acide ascorbique (ou tout autre antioxydant). Si tel est le cas, le produit n’est sans doute pas le plus qualitatif du marché…

François Kaeffer

Découvrez ou redécouvrez notre site internet qui recense l'ensemble de nos publications et nos services pour mieux connaître les équidés : http://anneetcat.wixsite.com/techniques-elevage

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Cheval. Techniques d'élevage. Tous droits réservés