Les flavonoïdes : ces molécules à tout faire

Publié le par François Kaeffer. Alpha et Omega

Les flavonoïdes regroupent une très large palette de composés naturels appartenant à la famille des polyphénols dont une partie sert de pigment (dans la plupart des cas : jaune). Cette pigmentation est très utile pour attirer les insectes pollinisateurs vers les fleurs et c’est une protection contre les UV pour les végétaux.

Mais ce sont les rôles physiologiques dans le règne végétal. En thérapeutique, les flavonoïdes sont surtout connus comme :

  1. Veinotoniques grâce à leur activité vitaminique « P » par :
  • Inhibition de l'histidine décarboxylase qui permet la synthèse d’histamine (molécule que l’on retrouve particulièrement dans la première phase de l’inflammation). Son inactivation engendre un effet antiexsudatif.
     
  • Inhibition de l’élastase détruisant l’élastine : collagène assurant la tonicité des tissus de soutien.
     
  • Inhibition de la hyaluronidase s’attaquant à l’acide hyaluronique assurant l’intégrité de la gaine vasculaire entre autres.
     
  • Inhibition de la catécholO-méthyltransférase (COMT) qui augmente le tonus vasculaire.
     
  1. Antioxydant mais ceci est remis en question lors de son utilisation in vivo (chez le vivant). Les activités antioxydantes in vitro (dans un tube à essai) sont les suivantes :
     
    • Piégeage direct des espèces réactives de l’oxygène (ROS)
       
    • Chélation des traces métalliques responsables de la production des ROS appelée aussi « réaction Fenton ».
       
    • Inhibition des enzymes impliquées dans le stress oxydant.
       
    • Protection/stimulation des systèmes de défense antioxydants.

Quelques détails… en passant… sur le métabolisme de ces flavonoïdes chez l’animal. Il est à noter que les flavonoïdes peuvent être sous deux formes : hétéroside (lié à un sucre) ou aglycone (sans le sucre lié).

Ces deux formes n’ont évidemment pas la même cinétique et la même biodisponibilité :

  • Les hétérosides sont en partie hydrolysés par la flore bactérienne en forme aglycones qui possède une meilleure absorption.
     
  • Les formes aglycones se lient fortement aux protéines plasmatiques, sont métabolisées par le foie et éliminées par le rein.
     
  • Le temps de demie vie (période nécessaire pour que la concentration soit diminuée de moitié dans le corps), pour la forme aglycone, est élevé (plus de 24 heures).

Une famille de molécules hautement intéressante puisque, outre ses activités comme veinotonique, elle est considérée comme anti-microbien dans certaines préparations. Des composants à étudier donc.

François Kaeffer

Découvrez le poster sur Les grandes voies métaboliques réalisé par TE
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval. Techniques d'élevage tous droits réservés

Cheval. Techniques d'élevage tous droits réservés