Quel prix pour un foin ?

Publié le par Catherine Kaeffer. Alpha et Omega

Le marché du foin est très sensible à l’offre et à la demande. A certaines périodes, le foin est relativement bon marché. A d’autres, il concurrence le caviar.

Le premier élément de fixation du prix est la qualité du foin : une bonne période de récolte, un bon séchage, un stockage à l’abri des intempéries augmenteront le prix du foin mais aussi le bénéfice que votre monture pourra en retirer. Je dirais donc que dans ce cas, un foin « cher » peut finalement s’avérer meilleur marché qu’un « économique ».

A noter que la date de fauche a une importance capitale. Pour la déterminer, vous avez deux phénomènes qui évoluent en sens inverse : plus vous allez vers l'épiaison, plus le foin vieillit, plus la quantité à l'hectare est importante. Plus vous coupez jeune, plus il est riche en substances nutritives, mais moins la quantité est importante. L'agriculteur doit donc trouver un compromis entre ces deux phénomènes... et la météo.  

Ceci étant, les chevaux à faibles besoins peuvent se porter mieux avec un foin bien conservé mais coupé tardivement et donc avec une bonne production et moins cher au kg. 

La composition floristique a une influence variable. Beaucoup de propriétaires de chevaux préfèrent un foin de prairie naturelle à un foin d’espèce pure et sont prêts à le payer un peu plus cher. Évidemment, si vous avez un foin de montagne ou de Crau, de meilleure réputation, le prix sera à l’avenant. Là encore, c’est la loi du marché. 

Les foins de légumineuses (luzerne, trèfle, sainfoin) sont à mettre à part car ils ne peuvent constituer le seul apport de fourrage pour un cheval du fait de leur teneur en calcium trop élevée. 

A noter que la contamination d'un foin par des espèces toxiques, que le cheval ne reconnaîtra pas toujours une fois sèches, peut s'avérer un vrai problème. Attention aussi aux lisières de champ, où le foin contient souvent des bouts de bois, des ronces, ou des détritus divers et parfois surprenants. 

Le conditionnement est un facteur important du prix. Les petits ballots sont toujours plus chers que les grosses balles ou les rounds car ils exigent plus de main-d’œuvre.

Mais les frais annexes peuvent notablement changer la donne sans rien apporter sur un plan alimentaire. Si vous ne pouvez pas stocker en quantité importante et que vous achetiez votre foin à l’unité, le prix tiendra compte des frais de stockage chez l’agriculteur. De même, les frais de transport grimpent vite.

Le prix du foin est donc en définitive la résultante de nombreux facteurs dont certains sont hors de votre contrôle alors que vous pouvez jouer sur les autres. 

L'important à mon sens, dans la grande majorité des cas, est d'avoir un produit "marchand". C'est à dire un foin bien conservé, propre, sans poussières, sans plantes indésirables et sans "cochonneries diverses". Pour le reste, on peut généralement corriger via le reste de la ration. 

Catherine Kaeffer

Découvrez le poster sur La flore digestive intestinale du cheval réalisé par TE
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Foin montrant des moisissures. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Foin montrant des moisissures. Techniques d'élevage. Tous droits réservés