Mon poulain refuse de manger !

Publié le par Catherine Kaeffer. Alpha et Omega

Que l’on parle du poulain orphelin, de celui qu’il faut complémenter car la mère n’a plus de lait, ou du poulain qui vient d’être sevré et qui n’a jamais vu un aliment sec de sa vie, la problématique est finalement la même.

La plupart de ces poulains refusent l’aliment qu’on leur propose alors que tout a été fait pour qu’il soit alléchant à tel point que parfois, on en mangerait.

Alors, on cherche désespérément un autre produit, une autre marque, quelque chose qu’il aimera, ce poulain si difficile car il faut bien qu’il se nourrisse.

Ou alors, on conclue que ce poulain n’aime pas l’aliment, qu’il n’aime que le foin et alors, on ne lui donne que du foin en se disant que s’il avait besoin de quelque chose d’autre alors il mangerait l’aliment.

C’est faire une erreur dans l’interprétation de son comportement.

Le poulain ne refuse pas de manger parce que l’odeur ne lui plait pas, que le produit ne lui convient pas ou qu’il n’a pas faim. Le poulain n’est pas un adulte qui fait un choix.

Il ne mange pas parce que ce « truc » que vous lui présentez n’est pas comestible, tout simplement.

Ou du moins, c’est son opinion.

Pour le poulain orphelin, ce qui est comestible c’est un liquide chaud, doux, qu’il doit aller chercher en haut dans un petit recoin tout doux avec l’odeur de sa mère. Et qui en plus, réflexe d’éjection du lait oblige, va lui couler un peu tout seul dans le bouche dès qu’il aura donné quelques coups de nez dessus.

Et non pas ce truc tiédasse, dans un seau à odeur impersonnelle, qui n’est même pas en hauteur, et qui est largement ouvert. En plus, on l’empêche de donner des petits coups de nez dessus et il n’a rien tant qu’il ne se met pas à boire, chose qu’il ne sait pas faire.

Et même si vous ajoutez au seau une tétine pour agneau, à odeur de caoutchouc, franchement, cela ne rend pas la chose comestible.

Pour le poulain qui vient d’être sevré, c’est la même chose, si ce n’est qu’il y a aussi, dans la catégorie comestible le foin ou l’herbe qu’il connaît déjà.

Le reste, le lait que vous lui présentez, l’aliment poulain, est classé dans la catégorie « non alimentaire ». Il ne mange pas le seau même s’il joue avec. Il ne mangera pas plus son contenu, même s’il peut jouer avec. C'est ce qu'il a appris depuis sa naissance. Tout ce qui ne regroupe pas ses critères est classé non comestible, un point c'est tout. 

On est donc face à un jeune animal qui vit un renversement total et totalement contre-intuitif de ce que lui dictent des millénaires d’évolution. Songez qu’à peine sorti de sa mère, le poulain va chercher la mamelle vers le haut, tourner la tête, sentir et finalement trouver en un temps record ce qui lui permettra de survivre. On s’émerveille tous à chaque fois de la puissance de son instinct de survie.

C’est donc contre cette puissance, ces millénaires d'évolution que vous allez devoir vous battre et forcément, cela ne se fera pas en un jour.

Par contre, on n'a pas le choix, pour soutenir la croissance de ces poulains il leur faut absolument une alimentation puisque la mère ne peut plus assurer.

Il va falloir l'obliger à essayer. Cela veut dire lui proposer toutes les heures s'il le faut, jusqu'à ce que la soif soit suffisante pour qu'il tente le coup dans le cas du poulain orphelin. Pour le poulain sevré, là encore il faut proposer très souvent au début au moins 5-6 fois dans la journée. Par contre, là, si on a un autre cheval de disponible, parfois le fait de donner ostensiblement au cheval la poignée que le poulain vient de refuser, le fait se sentir un peu bête quand il voit l’autre se régaler.

Ce petit manège peut durer entre 24 heures et 1 semaine en fonction du poulain. Mais ce qui est sûr c'est que vous ne devez pas lâcher... pour lui. Et aussi que lorsqu'il en aura pris l'habitude, gare à vous si vous tentez de lui retirer ! 

Même si vous ne l'avez jamais fait, l'alimentation artificielle d'un poulain c'est un coût financier, du temps, de la patience, de la persévérance (certains diraient de l'entêtement !) mais c'est techniquement sans problème majeur.

Le principal écueil est le fait qu'il faut surtout ne pas se décourager et ne pas interpréter un refus comme un refus du produit mais simplement comme une difficulté d'adaptation à une situation à laquelle son instinct ne l’a pas du tout préparé.

Catherine Kaeffer

Découvrez la nouvelle édition du poster La digestion chez le cheval réalisé par TE
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Poulain au pré. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Poulain au pré. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :