La pyrrolurie ou la kryptopyrroluria (KPU) du cheval : mais qu’en sait-on ? (Partie 1)

Publié le par François Kaeffer. Alpha et Omega

La KPU, aussi appelée Kryptopyrroluria, est une maladie nouvellement arrivée, non entre la poire et le fromage mais entre métabolisme et flore digestive.

Commençons par le commencement.

Cette maladie a été décelée chez l’Homme comme maladie héréditaire caractérisée par un manque de zinc et de vitamine B6. Normalement, les molécules possédant un noyau pyrrole (ils entrent dans la structure des porphyrines : par exemple de l'hème ainsi que son produit de dégradation la bilirubine, de la chlorophylle et de la vitamine B12) sont éliminés dans la bile après conjugaison dans le foie.

Dans ce cas, l’excrétion des pyrroles s’effectue dans l’urine par formation, à l’aide de la vitamine B6 et du zinc, de complexes suffisamment solubles de l’eau. Laquelle provoque des pertes de pyridoxal-5-phosphate surtout (la forme active de la vitamine B6) et de zinc.

De fait, il en résulte une carence en vitamine B6, en zinc et il semblerait aussi une baisse de la résorption d’autres sels minéraux dont le chrome, le manganèse et le magnésium.

La vitamine B6 ou pyridoxine est une vitamine hydrosoluble dont la forme active est le phosphate de pyridoxal, le métabolite majoritaire. Cette molécule sert dans de nombreuses réactions :

  • Catabolisme des acides aminés : la décarboxylation de l’histidine, l’histamine, des acides aminés aromatiques (dihydroxyphénylalanine en dopamine, tyrosine en tyramine, 5-hydroxytryptophane en sérotonine).
     
  • Dans le métabolisme de l’homocystéine pour la transformation de l'homocystéine en cystathionine.
     
  • Dans la synthèse de l’hème de l’hémoglobine : en tant que coenzyme de l'α-aminolévulinate synthase, enzyme qui assure la condensation de la glycine et du succinyl-CoA afin de produire l'acide δ-aminolévulinique (étape limitante dans la synthèse des porphyrines et au final de l'hème).
     
  • Dans la conversion de la sérine et de la glycine à l’aide de la tétrahydrofolate.

 La transamination effectuée entre la 5-phosphate de pyridoxamine et la 5-phosphate de la pyridoxal est indispensable pour la production d’acides aminés à partir de certains acides et vice versa.

 D’où une symptomatologie importante : faible tolérance au stress physique et émotionnel pouvant inclure de la douleur, des convulsions, voire une altération de l’état général, sensibilité à la lumière, asthénie, anémie, une perte générale d'appétit, le mal des transports, des problèmes de métabolisme du sucre, des allergies… Bref, rien de bien spécifique.

… Mais tout cela c’était chez l’Homme ! Nous verrons pour le cheval dans un prochain article.

François Kaeffer

Découvrez le poster sur Les grandes voies métaboliques réalisé par TE
Pour commander une de nos publications, utiliser l’onglet "Commander un de nos produits" en haut de cette page ou connectez-vous sur notre site.

La garantie de l'expertise, le choix de l'indépendance

Cheval. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Cheval. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :